Partenaires:
logo Layani logo Carombooks

NEWS BOOK MEDIA BOOK STAGE YOUR VIDEO VIDEOS

NOUVEAU

VIDEOS COMMENTEES DESORMAIS DISPONIBLES

- LIBRE - séries à la partie libre (57mn)
- LIBRE : américaine / petite ligne / passage des grands coins (60mn)
- CADRE 47/2 : séries au cadre 47/2 (52mn)
- CADRE 47/2 : rétro passage aux croix (15mn)
- CADRE 71/2 : série et demi-distance au cadre 71/2 (40mn)
- BANDE : séries à la bande (60mn)
- BANDE : les systèmes de coins à la bande (22mn)
- TECHNIQUE : piqués et massés, explications et exercices (13mn)

Les 10 dernières news...

02.07.2014 - FEUILLE DE MATCH CHALLENGE CAUDRON - DE BRUIJN
30.06.2014 - CAUDRON RESTE LE PATRON !
27.06.2014 - MATCH DEFI CAUDRON – DE BRUIJN : MERCI KOZOOM !!!
19.06.2014 - MEA CULPA
13.06.2014 - GRETILLAT QUALIFIE POUR LE CHAMPIONNAT DU MONDE A LA BANDE
19.05.2014 - CHARTRES PERD EN FINALE FACE A OISSEL
04.05.2014 - GRETILLAT OBTIENT SANS GLOIRE SON 44EME TITRE
14.04.2014 - CUBRI ETIKON CHAMPION D'EUROPE DES DISCIPLINES CLASSIQUES
08.04.2014 - NOCKEMANN OFFRE UN NOUVEAU TITRE AU DBC BOCHUM
27.02.2014 - EURO GRAND PRIX : DE BRUIJN BAT GRETILLAT EN FINALE
... ARCHIVES DE TOUTES LES NEWS...

logo de la FSB RESULTATS DES CHAMPIONNATS SUISSES :
N'hésitez pas à me transmettre vos articles, textes, photos et résultats



02.07.2014 - FEUILLE DE MATCH CHALLENGE CAUDRON - DE BRUIJN

Voici ici la feuille de match du Challenge Kozoom entre les deux champions Frédéric Caudron (FC) et Jean-Paul de Bruijn (JPDB), emporté par le Maître belge. Chacun pourra en faire son analyse...
Personnellement, je remarque que sur 66 reprises, FC n'a que 8 reprises sans point, quasi égalité avec JPDB qui marque 9 fois zéro.
Pour la suite par contre, JPDB a 33 reprises avec des séries de moins de 10 points, contre seulement 20 pour FC.
Mais le belge marque 34 séries entre 10 et 70, alors que le hollandais n'en a que 17...
Sur les séries plus longues, au-delà de 70, JPDB marque 7 séries comptabilisant en tout 645 points, dont deux de 100 (128 et 135). Alors que le belge marque seulement 4 séries de plus de 70, comptabilisant 472 points, dont trois séries de 100 (109, 117 et 155).
C'est donc bien dans les séries moyennes que Caudron fait la différence déroulant deux fois plus de séries que De Bruijn entre 10 et 70 points (34 contre 17), ce qui démontre bien que le belge sait tout faire, quelle que soit la situation il réalise une avalanche de points !
Cliquez sur l'image pour ouvrir les feuilles de match.








30.06.2014 - CAUDRON RESTE LE PATRON !

Quel fantastique match défi que nous a proposé Kozoom pendant ces trois derniers jours ! Un défi entre les deux meilleurs joueurs de la bande, sur une distance de 1'500 points, que demander de mieux. Personnellement, je n'ai pas pu me déplacer à Malle en Belgique alors j'ai profité des retransmissions de Kozoom pour admirer ces deux champions que je commence à bien connaître. La bataille a bien eu lieu entre ces deux monstres de la bande... Caudron s'est élancé en premier sur son matériel, laissant le hollandais loin derrière à plus de 300 points de retard. Mais à la mi-match, De Bruijn retrouve un peu son jeu et réalise cinq dernières cessions à plus de 30 de moyenne générale. Mais le belge continue son chemin, tel un rouleau compresseur qui aligne les points et les séries quelles que soient les situations. Le hollandais ne parviendra pas à aligner une longue série telle qu'il en est capable et ne reviendra jamais au score. Finalement Caudron l'emporte 1500 à 1251 en 66 reprises, soit 22,73 de moyenne générale pour Caudron et 18,95 pour de Bruijn. Tout simplement incroyable !

On n'aura pas appris grand chose sur ces deux joueurs. Caudron a déployé tout son jeu en alignant les points et les séries tels que j'ai l'habitude de le voir jouer, une vraie machine à faire des points en distance, en demi-distance et dans le petit jeu. Il nous offre d'ailleurs la meilleure série de 155, comme pour faire taire les mauvaises langues qui prétendent que le jeu de de Bruijn est plus propice à la série. Caudron est resté fidèle à lui-même, désarmant d'aisance et de facilité, ne prenant presque aucun risque, s'offrant ainsi des séries bien maîtrisées. De Bruijn quant à lui a été à la traîne au début, laissant son adversaire s'envoler loin devant lui. Je n'ai pas reconnu le hollandais, il manquait des choses faciles (pour lui...) et n'a pas réussi à déployer son jeu dans les billes de coin. Puis à mi-parcours, il a commencé à dérouler les points et les séries, nous offrant une vraie démonstration de ce qu'est le petit jeu de bande dans le coin, comme bien peu de joueurs sont capables de le faire dans ce monde. C'est sa force et il l'a démontré avec des séries superbes, malheureusement pour les fans il n'a pas pu réaliser plus de 135 points de série. C'est dommage car ce joli jeu permet de réaliser bien plus et, face au belge Caudronator, cela représente le seul espoir de survie.

La conclusion à ce match défi ? Caudron et de Bruijn, chacun dans deux styles différents, sont bien les maîtres incontestés de la bande ! L'idéal serait de conjuguer les talents extraordinaires de caudron avec la maitrise du jeu de coin du hollandais dans un seul joueur comme nommera Caubruijn ! En attendant de voir ce joueur-là, nos deux champions peuvent dormir tranquille. Caudron reste le Maître... pour le moment.



27.06.2014 - MATCH DEFI CAUDRON – DE BRUIJN : MERCI KOZOOM !!!

On l'a rêvé... Kozoom l'a fait !!!! Tout le monde le sait, le match défi à la bande entre le belge Frédéric Caudron et le hollandais Jean-Paul de Bruijn se déroule dès aujourd’hui, sur trois jours, à Malle en Belgique … sur une distance de 1500 points !!! Un match défi très longue distance, réalisé en 10 séances de 150 points. Une occasion unique pour tous les amateurs de jeux de série, et tout particulièrement de la bande, de se faire plaisir en admirant l’évolution des deux champions sur la table. Alors n’oublions pas de saluer l’initiative de Kozoom qui nous permets d’admirer des jeux de série en ligne, car il faut bien le dire c’est un événement qui devient bien rare… et quel match ! A la bande déjà, le jeu le plus difficile des jeux de série et sans doute aussi le plus contrasté depuis quelques années. Et surtout entre les deux meilleurs dans cette discipline !

On ne présente plus ces deux professionnels du billard… d’un côté, le hollandais Jean-Paul de Bruijn, extraordinaire virtuose à la bande et très fort joueur au trois bandes, capable d’alterner du jeu de distance avec des séries parfaitement maîtrisée dans les coins. Sa maîtrise du jeu de bille de près dans le coin le démarque clairement de son adversaire, cela lui offre l’opportunité de réaliser rapidement et avec peu d’énergie des séries longues de plus de 100 points, mais sans doute s’il est parfaitement en forme aussi des séries de plus de 200 points j’en suis certain et qui sait... peut-être même plus. De l’autre côté, l’extraterrestre du billard, celui que je considère comme étant le meilleur joueur de tous les temps, le seul à maîtriser pareillement toutes les disciplines du billard français, tous les jeux de série et le trois bandes… qui peut prétendre dans l’Histoire avoir fait autant que lui. Personne n’a jamais maîtrisé ainsi ces trois billes, Frédéric est sans conteste le meilleur… mais le billard reste le billard, la bande est un jeu très difficile et la distance longue de 1'500 pourrait être un handicap pour lui si son adversaire déploie tout son talent dans le coin. J’ai eu l’occasion de jouer avec le belge il n’y a pas si longtemps et il m’a démontré qu’il était parfaitement capable d’assurer des séries moyennes de 40-50 points à toutes les reprises, quel que soit le jeu, mais également d’assommer son adversaire avec des séries longues. Ce caméléon qui s’adapte à toutes situations est globalement plus fort que le hollandais, mais sur un match aussi long et à la bande, de Bruijn peut se montrer meilleur s’il déploie son talent dans les billes de coin. Cela dépendra donc de la forme des deux joueurs, qui j’en suis certain se seront préparés pour ce défi… mais également de leur stratégie de jeu, à savoir s’ils comptent attaquer, prendre des risques et donc encourager les grandes performances, ou s’ils vont jouer dans la retenue et la défense comme ils pourraient le faire lors d’une finale de championnat du monde.

Je me garde bien de lancer un pronostic, mais je leur souhaite à tous les deux de déployer le meilleur d’eux-mêmes et de nous en mettre plein la vue !!! Et vous, abonnez-vous à Kozoom et suivez ces stars du billard en direct !!!



19.06.2014 - MEA CULPA

Suite au dernier article du 13 juin au sujet de mon dernier championnat suisse de la saison, j'ai reçu un courrier de la part des concernés s'offusquant des commentaires mentionnés, portant atteinte à la réputation de mon club l'ALB. Surpris de cette réaction, j'ai alors relu l'article en question, sous un angle différent. Et force est de constater qu'effectivement les commentaires en question - quand bien même ils étaient objectivement justifiés - avaient été injustement généralisés à l'ensemble de l'ALB alors même qu'il n'étaient l'oeuvre que de certains. Je suis navré d'avoir ainsi fustigé l'entier d'une entité et j'ai corrigé mon texte en conséquence. A l'avenir, je prendrai le temps de mieux digérer mes déceptions et de choisir plus judicieusement mon vocabulaire... car finalement je suis le seul responsable de mes échecs et je demeure la seule personne à fustiger. Si toutefois je devais encore m'égarer, n'hésitez pas, chers lecteurs, à me le faire savoir. Ceci étant fait, je retourne à mon entraînement.


13.06.2014 - GRETILLAT QUALIFIE POUR LE CHAMPIONNAT DU MONDE A LA BANDE

La finale du championnat suisse à la bande s'est déroulée le 7 juin dernier dans les locaux de l'Académie lausannoise de billard avec quastre prétendants au titre, à savoir le franco-fribourgeois Frédéric Saby, le st-gallois Ludwig Nobel, Vincent Giacomini de Colombier, et Xavier Gretillat, détenteur du titre. La compétition était aussi qualificative pour la participation aux championnats d'Europe de Brandenburg en 2015 et surtout pour le championnat du monde organisé à St-Brévain/FR en octobre 2014. Pas de surprise malheureusement sur le résultat final de ce championnat suisse... Xavier Gretillat obtient son 15ème titre LNA à la bande et son 45ème titre LNA toutes disciplines confondues. Il confirme ainsi sa qualification sur le plan international. Du côté chiffre, Gretillat a entamé son tournoi avec une bonne partie en 9 reprises et une série de 102, puis s'est totalement effondré dans la seconde etla troisième partie, subissant de plein fouet ses démons. A la seconde place, Frédéric Saby a fini avec 2,90 de moyenne générale et c'est Ludwig Nobel qui a remporté la médialle de bronze avec 2,10 de moyenne.

"Merci à Antonio et Fernando de leur présence, ce qui a permis d'avoir au moins deux arbitres lors du premier tour. J'entame ce tournoi avec une bonne préparation et d'entrée je confirme mes possibilités. Après quelques reprises de chauffe, je réalise une très belle série de 102, lors de laquelle je me suis bien battu, avec aussi des phases de petit jeu très bien mené. La partie se clôture finalement à la 9ème reprise sur une série de 32. Dès le second tour, je n'ai plus réussi à faire abstraction de l'atmosphère qui régnait entre ces quatre murs. Ce que j'avais fort bien réussi à faire en début de saison lors des tours de jeux de séries par équipes, j'en ai cette fois été incapable et je l'ai pris de plein fouet ! Un second tour pitoyable et un troisième tour catastrophe ont fait chuté la moyenne générale à 7,44... pathétique, moitié moins que mon dernier tournoi à la bande en Hollande. Mon énergie sera désormais dédiée à m'entraîner, à m'améliorer et me préparer à la saison suivante. Elle se concentrera autour de deux gros événements... le championnat du monde en octobre, puis Brandenburg en avril 2015. Elle sera complétée par la France et l'Allemagne, et par les championnats suisses individuels. Après une saison en montagnes russes, ponctuée de beaux succès, mais également de pathétiques échecs, j'ai maintenant 4 mois devant moi pour travailler... alors au boulot !"



19.05.2014 - CHARTRES PERD EN FINALE FACE A OISSEL

16 mai 2014, à Chartres, les champions de France en titre défendaient leur place lors de la finale de France, face aux cinq meilleures équipes françaises... Dans le groupe A, l'équipe de Chartres (Justice, Gretillat, Gérimont) affrontaient Oissel (Kahofer, Petit, Devogeleare) et Ronchin (Villiers, Florent, Djoubri). Dans le groupe B, on retrouvait Soissons (Remond, Soumagne, Carreaux), Andernos (Baudoin, Picart, Gerassimopoulos), St-Maur (Fougerousse, Edelin/Legros, Cherpin). Un plateau très relevé et probablement un des championnats le plus redoutable en Europe, si on fait abstraction des allemands de Bochum et des hollandais d'Etikon. Trois jours de compétition pour succéder à Chartres et obtenir le titre de champion de France par équipes !

Dans le groupe A, les Chartrains ont assurés leur rang en remportant ses trois de ses quatre rencontres, la quatrième se soldant avec une égalité avec Ronchin. L'équipe emmenée par son capitaine Willy Gérimont se place en tête du groupe, Oissel termine second et Ronchin rentre à la maison, troisième de ce groupe très relevé. Au niveau des performances individuelles, Justice a impressionné lors de ses rencontres de groupe en signant plus de 10 de moyenne générale sur quatre matchs et la meilleure série du tournoi, soit 81 à la bande. Au cadre 47/2, c'est Gérimont et Devogelaere qui marquent les esprits avec plus de 50 de moyenne générale et la série parfaite pour Michael.

Dans le groupe B, Soissons s'adjuge sans susprise la première place du groupe. Le récent champion de France a fait la démonstration de son talent au 47/2 avec 50 de moyenne, Soumagne a assuré avec deux parties en deux reprises et une série parfaite de 200 au 71/2, et Remond a finit avec 10 de moyenne dans ce groupe et une série de 78... Andernos a pris la seconde place du groupe et accédé aux demi-finales au détriment de St-Maur. Malgré un excellent Edelin qui signe des parties au 71/2 en 2 et 4 reprises, sa performance ne suffira à compenser celles de ses partenaires.

Lors des demi-finales, Oissel a gagné face à Soissons 4 à 2. Devogelaere a subi la loi de Carreaux en 4 reprises au 47/2, mais ses partenaires ont assuré le spectacle en 4 reprises au 71/2 et 7 reprises à la bande. Petit et Kahofer offre la finale à Oissel, Soissons déçu espérait certainement mieux qu'une troisième place. Quant à Chartres, l'équipe se retrouvait face à son défi principal, s'assurer une place européenne en accédant à la finale. Chartres bat Andernos malgré une défaite de Justice, Gérimont et Gretillat assurant le minimum pour la victoire.

En finale, Devogelaere a donné de l'énergie à son équipe en jouant d'entrée une série 179. Il ne lui faudra que deux reprises supplémentaires pour donner la première victoire à Oissel. Alors que la bande était très disputée entre Justice et Kahofer, le cadre 71/2 s'est déroulé à sens unique au profit de Petit, Gretillat évoluant à l'aveugle bien en-dessous de son niveau. Petit en a profité en offrant la victoire à son équipe en 9 reprises ! Et quelques instants plus tard, Kahofer terminait son match ne laissant aucun doute... Oissel a été plus fort lors de cette finale !!!! Bravo à eux, cette équipe fort sympathique méritait largement sa victoire.











"Il est toujours étrange de constater à quel point le billard ne répond à aucune règle... Pourtant suffisamment préparé, je n'ai pas abordé ce tournoi avec confiance. Loin de là, sans vraiment savoir pourquoi. Mais bien décidé à en découdre, à tout donner et à faire au mieux. Une première partie à ne pas perdre contre Florent le ronchinois, gagnée sans gloire en 6 reprises et dans l'ambigüité. Une série, la meilleure de mon tournoi, d'entrée puis, le noir et une demi-distance approximative et l'incapacité à maintenir les billes ensemble. La suite allait confirmer cette ambigüité... la seconde partie gagnée en douze reprises a été difficile aussi, je faisais des points dans une imprécision à l'image des doutes qui me hantaient. Et toujours incapable de conserver les billes plus de dix points sans en perdre le contrôle. L'apothéose vint à la troisième partie dans laquelle je n'ai fait que ça... match gagné tout de même, en prenant même confiance sur ma capacité à exécuter des points délicats en distance et demi-distance. La solution a été trouvée à la quatrième partie, à nouveau gagnée, mais cette fois j'ai renversé la vapeur. Je suis devenu très performant sur les billes de près, en maîtrisant les millimètres, mais plus du tout en demi-distance où les doutes se sont à nouveau installés... Donc voilà, quatre match dans lesquels j'ai été soit habile en demi-distance mais incapable de garder les billes, soit maitrisant les billes de près mais incapable de résister à la demi-distance et à la soudure. Demi-finale dimanche matin.... rien n'allait mieux, bien au contraire, le peu de confiance avait disparu dans les méandres de cette ambigüité que j'ai été incapable de résoudre en quatre matchs. Heureusement, mon adversaire bienveillant m'a permis de vaincre et qualifier l'équipe en finale. Cinq matchs gagnés dans la douleur, le sixième s'annonçait difficile et Petit a été à la hauteur (!?!) et moi tout à fait incapable de jouer. Dans le noir, du début à la fin. Bref... j'ai à peine dû faire 20 de moyenne générale alors que j'avais terminé une saison à plus de 50... pas brillant mais tout de même du positif dans ce tournoi: la seconde place du championnat et donc assurément une place en coupe d'Europe. Et aussi... à ben non, c'est tout ! Voilà, maintenant je me tourne vers l'avenir qui devait être le week-end prochain pour un tour au trois bandes, mais mon équipe lausannoise n'a finalement plus besoin de moi dans cette petite finale. Donc ce sera le championnat suisse à la bande, le 7 juin et je l'espère la qualification pour le championnat du monde. Dès aujourd'hui, tout s'orientera sur la (les) bande(s) !"


04.05.2014 - GRETILLAT OBTIENT SANS GLOIRE SON 44EME TITRE

Six joueurs se sont retrouvés dans les locaux du club de Berne, ce week-end du 3 et 4 mai, pour se disputer le titre national de LNA au cadre 47/2. Il faut d'ailleurs remercier le club de Berne, son organisateur, Simon Daellenbach, et les arbitres qui se sont donnés du mal pour donner aux joueurs les meilleures conditions possibles.

Il n'y a pas eu de grand suspens pour l'obtention du titre durant ces deux jours puisque Xavier Gretillat a remporté facilement ses cinq matchs en 300 points, avec une moyenne générale finale guère glorieuse de 40,54. La meilleure série n'est pas allée au-delà de 201 et à part quelques belles séquences ce jeu, Gretillat a évolué bien en-dessous de ses possibilités. La seconde place revient au bernois Wasser qui a réalisé sa meilleure série de 86 au début du tournoi et qui a finit avec 12,07 de moyenne générale. Le podium est complété par le franco-suisse Frédéric Saby, licencié au club de Fribourg, qui a gagné sa médialle de bronze avec deux victoires et une moyenne générale de 8.68. Les perdants du jour ont été dans l'ordre Pierre-Alain Rech, Ludwig Nobel et Michael Voegtlin.

"Le championnat suisse devient de plus en plus difficile, non pas par le jeu à produire, mais par la motivation à avoir pour développer mes capacités et réaliser des performances. Avec l'absence regrettée des seuls vrais adversaires, les deux bernois Sotiris Psiskonis et Simon Daellenbach, il devient difficile pour moi, en toute objectivité, de perdre ce championnat sur une longue distance et ce même avec des résultats médiocres. Je deviens donc plus que jamais mon principal adversaire, je suis celui contre lequel je dois combattre... mais dans de telles conditions, la seule motivation d'un titre supplémentaire ne suffit pas à me mettre en condition de combat, comme je peux l'être hors de nos frontières. Point positif tout de même, le plaisir de jouer est toujours présent. Et si à mes yeux j'ai mal joué, je dois aussi reconnaître que j'ai su reproduire de forts belles séquences de jeu lors de mes séries, avec un rythme assez rapide, une jolie perfection dans les billes de près, indispensable sur ce matériel très difficile à jouer. Les billes dures, beaucoup de buttages, des jonctions d'ardoises à la hauteur de la ligne du cadre qui font basculer les billes, et des bandes usées qui rendent le premier point quasi impossible même avec un maximum d'effet... seul moyen de sortir de ce piège, maintenir les billes ensemble le plus longtemps possible et resserrer le jeu au maximum. L'essentiel a été réalisé, conserver mon titre et donc ma qualification pour les championnats d'Europe de Brandenburg."


14.04.2014 - CUBRI ETIKON CHAMPION D'EUROPE DES DISCIPLINES CLASSIQUES

Finale du championnat d'Europe par équipes aux jeux de séries, organisé par le BCCO de Ronchin, en remplacement d'Anag en Tchéquie... C'était ce week-end dans les locaux du club local. Les 6 meilleures équipes s'affrontaient dans cette finale, en deux groupes. Dans le premier groupe on retrouvait Ronchin, qualifié en tant qu'organisateur, avec Villiers (bande), Florent (71/2) et Djoubri (47/2), ainsi que le DBC Bochum (Blondeel, Nockemann, Havlik) et l'équipe de Chartres (Justice, Gretillat, Gerimont). Dans l'autre groupe, on retrouvait les tenants du titre, Cubri Etikon (De Bruijn, Niessen, Tilleman), opposée aux équipes de Sueca (Christiani, Cuenca, Mata) et Andernos (Baudoin, De Backer et Gerassimopoulos).

Dans le premier groupe, c'est un final haletant qui détermina les deux équipes qualifiées pour les demi-finales. On aura dû attendre la dernière minute pour savoir qui de Ronchin ou de Chartres accompagnait Bochum en phase finale. Dans le combat final qui opposait Bochum à Chartres... Gretillat perd son match face à Nockemann en 6 reprises. mais le combat entre Justice et Blondeel finit dans la douleur au profit de Chartres... 120 à 119, l'allemand manquant la reprise! Tout se passait donc au cadre 47/2 entre Gerimont et Havlik... Partie engagée entre les deux joueurs, mais la pression finit par submerger le chartrain qui doublé de malchance (5 buttages en tout qui l'envoient a la chaise...) et manque beaucoup trop d'occasion de terminer son match. Havlik termine en premier, Gerimont égalise, égalité entre Bochum et Chartres, mais cela ne suffira pas. Ronchin et Bochum joueront les demi-finales.

Dans le second groupe, pas de suspens. L'équipe impériale de Cubri Etikon n'a pas tremblé et a tout remporté. La seconde place se jouait entre Sueca et Andernos. Mais l'équipe espagnole s'est montrée plus forte que les andernosiens dans leur rencontre avec la victoire de Mata et de Christiani sur leurs adversaires respectifs.

En demi finale, le DBC Bochum a montré ses ambitions pour le titre en atomisant les espagnols de Sueca... Blondeel réalise une série de 89 et termine en 6 reprises. Nockemann réalise la partie parfaite, et du coup Havlik se fait arrêter dès que la victoire d'équipe est assurée, à 170 de série à le première reprise!
La seconde demi finale, on a cru un moment donné que Ronchin pouvait prendre le dessus, Florent assurant bien lors de sa partie et Villiers débutant bien son match. Mais de Bruijn a déroulé sur la fin pour terminer en 10 reprises. Tillemann battant Djoubri en 6 reprises, le match au grand cadre a été arrêté.

En finale, le DBC Bochum retrouvait une chance d'obtenir ce qu'il mérite d'avoir une fois au moins. A la bande, de Bruijn prenait un départ tonitruant avec une série de 61 et géra très bien la partie par la suite, jamais Blondeel ne fut en mesure de l'inquiéter. Peu de temps après, c'est Tillemann qui termine sa partie en deux reprises, sur une série finale de 175. Un dernier espoir avec la reprise de Havlik, mais il manque et mets un terme aux espoirs du DBC. Niessen stoppe sa partie alors qu'il mène 150 points à presque rien pour Nockemann. Cubri Etikon se succède à lui-même et gagne son sixième en 7 éditions.




"En ce qui me concerne, j'ai eu dans le courant de ma saison le contre coup du début de saison, avec une baisse de confiance significative qui donnait des résultats médiocres à très mauvais en entraînement. Je suis pas parvenu à lutter contre cela en Allemagne, la week-end précédent, et encore moins durant la semaine écoulée. C'est donc avec une confiance zéro, une fois encore, que j'ai entamé mon premier match avec Florent. Même si je l'ai épinglé percement, j'ai toujours du respect pour ce joueur et il a été d'une parfaite correction lors de cette rencontre. J'entame le match, par la droite vu que le point d'entrée était trop difficile, et entame une série difficile avec de la demi distance... Petit à petit je resserre le jeu et je commence gentiment à trouver des sensations. La série se passe plutôt bien et je dois l'arrêter sur un massé trop doux et courbé trop vite. Les deux reprises suivantes furent identiques. Une suffisante maîtrise dans la demi distance, une bonne maîtrise dans les billes de près, mais incapable d'aller jusqu'au bout. Manqué un point assez simple par la bande et j'ai poussé à la troisième reprise, pour finalement terminer mes 200 points à la quatrième reprise. Au final pour un premier match, j'étais content, j'ai eu de bonnes sensations, mais tout cela était encore trop fragile, pouvant basculer dans le néant à chaque instant. Et surtout incapable de maîtriser sur la durée. Le lendemain, second match avec Nockemann... Début de match qui ressemble au précédent, de bonnes sensations sur les deux premières reprises, arrêtées pour deux fois la même erreur, l'effet ne se marquera pas du tout à la bande. A la troisième, tout bascule sur une série pourtant bien entamée. Un point demi distance qui rentre bien, mais fait prendre plein et pas trop bas. Plus confiance dans mon geste et je joue la sécurité de façon démesurée. Et le jeu s'écarte vraiment trop. Les trois reprises suivantes se sont fait dans la douleur et la longueur de la table, que des grands points délicats alors que mon adversaire, en confiance, terminait ses points. Match perdu... En face Justice gagne contre toutes attentes, pour un petit point. Alors qu'on croyait Willy jouer jusqu'au bout, il s'effondre comme nous l'avons tous fait, Havlik termine, Willy égalise, mais ce match nul avec Bochum ne suffit pas. C'est la fin. Beaucoup de regret de ma part et des idées plein la tête pour la suite de mon travail.

Cette équipe a du potentiel et nous n'avons pas à rougir de nous mêmes. Pour autant bien sûr que nous puissions déployer nos capacités. Un joli parcours jusqu'à présent, juste une rencontre perdue en tout et pour tout, et on se rends compte qu'il ne manque pas grand chose pour aller défier les meilleurs. Et des supporters qui se déplacent et viennent soutenir leurs joueurs, chapeau à eux aussi. Allez les gars, c'est pas fini... Le noir, le suisse et le rouquin n'ont pas encore dit leur dernier mot."





08.04.2014 - NOCKEMANN OFFRE UN NOUVEAU TITRE AU DBC BOCHUM

Ce week-end s'est déroulé les Play-Offs du championnat allemand par équipes aux jeux de série, organisés par le premier du classement à savoir le DBC Bochum. Dans leur locaux, les quatre meilleures équipes du championnat se sont affrontées. Les demi-finales étaient le DBC Bochum contre le BCC Witten, alors que le Bfr Weitmar devait affronter le BC Hilden.

Dans la première demi-finale, pas de suspens sur l'issue du match gagné 8 à 0. Havlik a terminé sa partie à la partie libre en une reprise, Blondeel a finit son match à la bande en 7 coups. Gretillat a terminé son match au cadre 47/2 en 3 coups, alors que Nockemann a eu besoin de 7 reprises pour venir à bout de son adversaire. Dans la seconde demi-finale, seul Morawski a dû s'incliner face à Riedel en 7 reprises. Le Bfr Weitmar a battu le BC Hilden donc 6 à 2.

En finale, le dimanche, le DBC Bochum a affronté comme à son habitude son voisin, le Bfr Weitmar. Au premier round, Havlik a battu son rival Melerski en 6 reprises à la partie libre, et Blondeel s'est facilement défait de Krane en 8 reprises. A la mi-temps, le DBC menait 4 à 0. Mais le Bfr Weitmar alignait ses forces au second tour... le champion belge Niessen a gagné contre le suisse Gretillat, méconnaissable, en 5 reprises. Et le tchèque Marek Faus a gagné contre Nockemann en 3 reprises. Score de 4 partout, tout est à refaire en prolongations dans un ultime partie, sur une demi-distance, la discipline étant tirée au sort. Et comme il a trois ans auparavant, c'est la cadre 71/2 qui a été tiré par une main innocente et donc Nockemann et Faus allaient devoir en découdre une seconde fois. Cette fois-ci, Nockemann a été impérial en terminant ses 75 points en une reprise et apportant ainsi la victoire au DBC Bochum !!!!

"Pour ma part, c'est après une préparation un peu chaotique, non pas en terme de quantité mais plutôt de qualité, que je suis monté en Allemagne pour rejoindre mon équipe du DBC Bochum. Mon premier match s'est passé plus ou moins bien... bien préparé, j'ai entamé ce match en prenant rapidement un position favorable, me permettant de prendre confiance petit à petit et ainsi gagner en précision. Après 142, j'ai péché par excès de confiance, tant la maîtrise de la précision était devenue importante. Même erreur à la seconde reprise, après quelques points, ne m'octroyant que la moitié de la marge d'erreur. Stupide. Puis à la troisième reprise, j'ai repris mes gammes depuis le début pour ensuite reprendre confiance et terminer mes 200 points. L'essentiel était fait. Le lendemain, pour la finale, j'ai finalement dû affronter le belge Niessen, contre toute attente le BFr Weitmar n'a pas aligné Morawski... J'ai beaucoup de respect pour le belge que je connais fort bien et je le préférais largement à Morawski. Bien concentré au départ, et au point d'entrée, je tourne complètement dès le second point en choisissant non seulement une solution stupide, mais en plus en baclant complètement la mise en place des paramètres... les trois reprises suivantes furent difficiles, aucun des deux ne prenant de risques. Mes erreurs furent quand même incroyablement stupides, en tout cas pour la quatrième où ma bille part carrément sur la fausse bande. A la 5ème reprise, Niessen ne sort pas du cadre et doit arrêter sa série. Mais je reprends difficilement et très vite je perds le contrôle des billes, pour finalement manquer un rétro direct au milieu de la table, pourtant facile... en poussant. Ben voilà... Voilà de quoi se remettre en question je pense..."



27.02.2014 - EURO GRAND PRIX : DE BRUIJN BAT GRETILLAT EN FINALE

Le HBC de Hoogeveen a été le théâtre de belles batailles lors de ce premier Euro Grand prix à la bande. 36 joueurs inscrits se sont retrouvés en 12 groupes de 3 joueurs... De la tuerie sur une distance courte de 100 points. Distance à peine prolongée dès les huitième de finales à 120 points. La présence des grands ténors de la bande pouvaient sembler étonnant compte tenu des circonstances, mais cette bande est passionnante et la passion l'emporte toujours. Et c'est sur le billard que l'on peut l'observer...

Dans la plupart des groupes, pas de surprises la logique a été respectée... Caudron a assuré le spectacle avec deux matchs en 4 reprises. Villiers, Remond, Baudoin, Leroy, Justice, de Bruijn, Van Silfhout et Gretillat se sont qualifiés. Mais plusieurs surprises dans les autres groupes. L'espagnol Espinasa a surpris tout le monde en éliminant Faus et Petit. L'improbable van Gemert s'est offert un Niessen méconnaissable et le dangereux Le Deventec. Steinberger a pris la première place de son groupe alors qu'on attendait Swertz. Christiani, Swertz, Girard et Kenter se sont qualifiés comme meilleurs second de groupe. Nos deux compatriotes suisses, Giacomini et Voegtlin, n'ont malheureusement pas réussi à sortir de ces qualifications. A noter l'excellente performance du chartrain Girard qui poursuit l'aventure avec 8,33 de moyenne.

En huitièmes de finale, Gretillat, Caudron, de Bruijn, Remond, Christiani ont tirés leur épingles du jeu dans des parties difficiles. Même Frédéric doit jouer 7 reprises, c'est dire... les surprises ont été les éliminations de Van Silfhout, Justice et Villiers par respectivement van Gemert, Steinberger et Espinasa. Le lendemain matin, on a assisté à des quarts de inale expéditifs... Gretillat et Caudron ont joué leur points en trois reprises, de Bruijn a eu besoin de 8 reprises avec Steinberger qui n'a pas su en profiter. Grosse déception de Remond qui est passé à côté de son match en offrant le podium à Espinasa. En demi finale, c'est Gretillat qui a créé la surprise en éliminant Caudron en trois coups, alors que de Bruijn a battu logiquement l'espagnol en 4 reprises. La finale est gagnée par le hollandais qui a bouclé son match en trois reprises... De Bruijn a finit une fois de plus sur la plus haute marche du podium!

"Mon parcours commence dans un groupe à priori facile, avec le tchèque Baca et le hollande de Groot, mais ce serait oublier la récente victoire du tchèque sur Alain Remond en Coupe d'Europe. Donc j'aborde ce premier tour comme un match très dangereux... Résultat de cette préparation, 100 points bouclés en 6 reprises avec une belle série, bien menée, de 76. Sans vraiment m'inquiéter, j'ai eu quelques moments de vides sans lesquels j'aurais du finir cette partie bien avant. Au second match, je dois avouer ne pas connaître mon adversaire, et donc je le prends comme tous les autres, potentiellement très dangereux. Un match étrange et plutôt alarmant... Si deux séries biens menées de 60 et de 30 m'apportent 90 points en deux reprises, le reste au total c'est 10 points en 10 reprises... Pas de quoi en être content, il faut vite réfléchir pour corriger tout ça au huitième de finale. Garder, voire améliorer la qualité de la série, mais renforcer la distance et la demi distance. Le même jour donc, j'entame mon troisième match avec Bernard Baudoin pour une place en quart de finale. Je connais bien le français et je savais que cette partie allait être longue en temps et en distance sur la table... C'est normal et logique de gérer le match. Et après beaucoup de difficulté jusqu'à la pause, j'ai fini par trouver le bon filon pour terminer cette seconde partie de match avec pratiquement que de points de distance et de demi distance. Ces douze reprises auront été juste ce qu'il me fallait pour me rassurer et voir que je suis capable de jouer le petit jeu, mais aussi faire des points et assurer le minimum sur la distance et la demi distance. Le quart de finale était programmé à 10h le dimanche, contre Caudron. ce genre de rencontre est ce pour quoi je m'entraîne seul chez moi toute l'année... C'était mon but dans ce tournoi, aller défier ces monstres que sont Caudron et de Bruijn. Préparé comme si j'allais entre dans l'arène du gladiateur, j'apprends juste avant le match que finalement mon quart de finale se jouera avec Christiani... Bon, soit. Le hollandais a fait les frais d'une préparation impeccable qui ma permis d'aligner les 120 points en trois reprises (19, 51, 50) avec des séries très bien menées et une gestion prometteuse des exploitations et des catégories de points.
Cette fois ça y est, Caudron sera sur ma route en demi finale. Je reste contre lui sur un succès (avec une série finale de 106 à Bochum l'année dernière) et je sais que si je joue bien je peux le malmener. Et même gagner. Je gagne le tirage et manque le point d'entrée. Frédéric joue 33 points et s'arrête sur un buttage. Je saisis l'occasion et entame tranquillement une série, gérant l'alternance des genres de points avec succès et prenant assez rapidement l'assurance dans le petit jeu, gérant ainsi bien les différentes exploitations. Je m'arrête à mon tour sur un petit buttage, dans un piqué en largeur. Mais les billes ramenées en mesure s'alignent le long de la bande. Il hésite, il joue bande avant dans la largeur et surprise il manque le point et laisse une position favorable. Correctement exploitée, je finis mes 27 points avec juste un rappel de large. Mais le match n'est jamais fini avec lui... Il montre toute l'étendue de sa force sur la reprise avec laquelle il compte bien égaliser. Quelle force il faut avoir pour réaliser cette série égalisatrice sur la reprise... Un détail pour lui qui enchaine points et joli jeu de série, au final une très belle série arrêtée malheureusement pour lui à 12 points du but par une petite faute de touche. La finale se joue contre de Bruijn. J'ai laisse beaucoup d'énergie dans ces deux parties en trois coups et je dois récupérer avant d'entamer cette finale. Jean-Paul gagne le tirage, commence et réalise une première série de 41. Moi je me sors du piège qu'il me laisse et fait 8 points seulement, arrêté par une erreur que j'ai déjà fait en qualification, massé par la bande trop fort. De Bruijn reprend et s'arrête après 37 points, me laissant un bande-avant dans la largeur, moyennement difficile. Je le manque, laissant un trois bandes à mon adversaire. Et alors? de Bruijn finit avec une série de 42. A la reprise, je fait seulement 11 points alors que j'avais une bonne position. J'ai manqué de lucidité dans ce match et c'est dommage, voilà entre autre ce qui sépare un champion comme de Bruijn de son dauphin... Pour cette fois. En finalité, ce voyage en hollande aura été pour moi une bonne préparation pour les championnats suisses et me permettra d'orienter mon travail en vue des championnats du monde en octobre. Je n'en demandais pas plus."