Partenaires:
logo Layani logo Carombooks

NEWS BOOK MEDIA BOOK STAGE YOUR VIDEO VIDEOS

NOUVEAU

VIDEOS COMMENTEES DESORMAIS DISPONIBLES

- LIBRE - séries à la partie libre (57mn)
- LIBRE : américaine / petite ligne / passage des grands coins (60mn)
- CADRE 47/2 : séries au cadre 47/2 (52mn)
- CADRE 47/2 : rétro passage aux croix (15mn)
- CADRE 71/2 : série et demi-distance au cadre 71/2 (40mn)
- BANDE : séries à la bande (60mn)
- BANDE : les systèmes de coins à la bande (22mn)
- TECHNIQUE : piqués et massés, explications et exercices (13mn)

Les 10 dernières news...

07.12.2014 - CHAMPIONNAT SUISSE TROIS BANDES, QUALIFICATIONS POUR LA FINALE
08.10.2014 - CHAMPIONNAT DU MONDE : CAUDRON EN OR, GRETILLAT EN BRONZE
30.09.2014 - QUI SUCCEDERA A WOLFGANG ZENKNER ?
09.09.2014 - CHAMPIONNAT DU MONDE A LA BANDE DU 2 AU 5 OCTOBRE 2014
29.08.2014 - MARCO ZANETTI JOUERA POUR ALB LAUSANNE EN 2014/2015 !!!
02.07.2014 - FEUILLE DE MATCH CHALLENGE CAUDRON - DE BRUIJN
30.06.2014 - CAUDRON RESTE LE PATRON !
27.06.2014 - MATCH DEFI CAUDRON – DE BRUIJN : MERCI KOZOOM !!!
19.06.2014 - MEA CULPA
13.06.2014 - GRETILLAT QUALIFIE POUR LE CHAMPIONNAT DU MONDE A LA BANDE
19.05.2014 - CHARTRES PERD EN FINALE FACE A OISSEL
... ARCHIVES DE TOUTES LES NEWS...

logo de la FSB RESULTATS DES CHAMPIONNATS SUISSES :
N'hésitez pas à me transmettre vos articles, textes, photos et résultats



07.12.2014 - CHAMPIONNAT SUISSE TROIS BANDES, QUALIFICATIONS POUR LA FINALE

Ce week-end s'est déroulé les qualifications pour la finale du championnat suisse trois bandes. Trois éliminatoires à La Chaux-de-Fonds, Lausanne et Zürich pour treize participants et seulement six places en finale. Celle-ci se déroulera le 20 et 21 décembre dans les locaux du club de Zürich.

A La Chaux-de-Fonds, c'est le zürichois Torsten Danielsson qui obtient la première place et son ticket pour la finale. A Lausanne, c'est encore le zürichois Ma qui s'impose et se qualifie en finale. Et à Zürich, le joueur de Winterthur Pierre-Alain Rech créé la surprise en s'adjugeant la première place grâce à une victoire sur le zürichois René Hendriksen. Ces deux joueurs se sont qualifiés pour la finale. Restait encore deux places à attribuer aux deux meilleures moyennes de ces tours qualificatifs et c'est le zürichois Cetin et le lausannois Gretillat qui tirent leur épingle du jeu et se retrouvent repêchés pour participer à la finale.

Le titre suprême se disputera entre quatre zürichois Danielsson, Ma, Hendriksen, Cetin, le joueur de Winterthur mais quasi zürichois Rech, et le lausannois Gretillat. Verdict dans 15 jours.

« Une fois n'est pas coutume, un petit mot de ma part pour ce tour, même si c'est du trois bandes et que c'est vraiment loin d'être ma spécialité. Mauvais à ce jeu je le suis, c'est certain, mais pour une fois j'ai travaillé, beaucoup travaillé depuis la fin du championnat du monde à la bande. Et pour une fois, j'ai pris plaisir à travailler une formule qui me convient bien. Ce qui a radicalement changé ma vision du jeu et même si cela n'a duré que trois mois, j'avais la conviction au début de ce tournoi d'avoir entamé l'apprentissage de ce jeu par le bon bout. Et il en fallait de la conviction pour résister à ces deux premières parties catastrophiques, incapable de mettre en ?uvre ce que j'avais travaillé, totalement perdu entre des compétences d'entrainement insuffisantes et une ignorance totale des finesses de ce jeu. Mais j'ai gardé la foi, j'ai persévéré dans les buts que je m'étais fixés et la troisième partie fut meilleure. Prometteuse je dirais. Au-delà du résultat (30 points en 18 reprises), je suis parvenu à mettre en pratique ce que j'avais travaillé durement tous les jours et je me suis offert un style de jeu qui m'a fait plaisir. Et ça, c'est une première pour moi aux trois bandes. Grâce à ce match, me voilà qualifié pour une finale à laquelle je ne m'attendais pas, mais tant mieux j'irai emmagasiner de l'expérience qui me servira à mon travail dans cette discipline. Aucune illusion à ce sujet, mes buts sont forts modestes (1 MG) et je me donne encore deux ans avant d'y parvenir. Ou pas. Dans cette hypothèse, ce ne sera pas grave, ce sera juste qu'il me faudra envisager un travail différent pour quand même progresser dans cette discipline. Et c'est bien là la richesse du billard où le but importe peu, seul le chemin pour y parvenir est valorisant. »


08.10.2014 - CHAMPIONNAT DU MONDE : CAUDRON EN OR, GRETILLAT EN BRONZE

Alors que tous les regards se tournent déjà sur Guri en Corée, il convient de résumer ce championnat du monde à la bande qui s'est déroulé la semaine dernière à Saint-Brevin-les-Pins, en France. Le précédent championnat du monde avait été remporté en Espagne par l'allemand Wolfgang Zenkner, dans un endroit ecclésiastique historique... on avait l'impression d'être dans une église, c'était grandiose. Saint-Brevin-les-Pins nous a offert 5 ans plus tard le décor de la côte Atlantique, avec pour aire de jeu un endroit dédié à l'art... un théâtre ! Certes moins historique, mais alors beaucoup plus fréquenté avec une fréquentation journalière permanente de 300 à 400 personnes, et bien sûr ce fût pas moins de 600 personnes qui sont venues voir la finale. Pas de secret, c'est l'homme en forme du moment, celui que beaucoup considèrent comme le meilleur joueur de tous les temps toutes disciplines confondues, le belge Frédéric Caudron qui glane le titre dans une finale partie au ralenti, face au hollandais Jean-Paul De Bruijn. Xavier Gretilat et Torbjorn Blomdahl complètent le podium.

Mais revenons au début de la compétition. Jeudi et vendredi, ce fut 4 groupes de 4 joueurs pour déterminer les 8 qualifiés.
Dans le groupe A, pas de problème pour le suédois Blomdahl qui passe avec deux victoires contre les asiatiques et une défaite face au suisse Gretillat. Justement, le joueur helvétique perd d'entrée contre le vietnamien Tran après un départ qui laisse sans voix (23 points en 20 reprises...). Il lui faudra se reprendre le lendemain pour gagner en 14 reprises contre le jeune japonais Mori, 20 ans, qui ne s'entraîne que 7 heures par jour depuis deux ans, et surtout en 6 reprises face au professionnel suédois. Le Suisse a dû sortir le meilleur de lui pour réaliser sa série de 104 et gagner ce match. Les asiatiques dont on ignorait tout, ont laissé un souvenir prometteur dans ce championnat. Le vietnamien Tran a montré ses capacités dans jeu très ouvert, mais a tout de même pu réaliser des passages bien menés. Le japonais Mori, entraîné par Sanchez au trois bandes et Umeda à la bande, s'est montré encore un peu fragile, mais a démontré un jeu de bande en devenir dont il faudra se méfier.
Dans le groupe B, le favori Jean-Paul de Bruijn gagne ses trois matchs, en affichant d'entrée ses ambitions avec une partie en 10 coups face au grec Gerassimopoulos, mais surtout en 3 coups avec une série de 127 face au français Johan Petit. Mais le hollandais fait déjà preuve d'une certaine fragilité avec une partie gagnée en 25 reprises contre l'allemand Steinberger... c'est fort rare de le voir jouer à ce niveau-là. La seconde place de qualifié a tourné à l'avantage de Petit au détriment du franco-grec, mais grec pour la circonstance, dans une longue partie en 30 reprises.
Dans le groupe C, le héros français a été Bernard Villiers avec 6 victoires en 15, 15 et 11 reprises. Toujours redoutable poursuiveur, cet homme ne lâche jamais rien, comme un pitbull sur sa proie ! Si l'espagnol Garriga n'a rien démontré de son vrai niveau dans ce championnat, l'autrichien Kahofer et le belge De Backer se sont disputés la seconde place. Le duel entre les deux hommes a tourné à l'avantage du belge dans une partie en 18 reprises où l'autrichien avait largement de quoi faire la différence. Mais il est passé à côté lui aussi de son championnat, alors même que ses progrès fulgurants aux trois bandes et ses capacités de jeu à la bande le plaçaient comme un prétendant au titre.
Dans le groupe D, on retrouve le même scénario avec la qualification facile du belge Caudron après deux tours seulement. Le jeune tchèque Baca étant décevant, la seconde place de qualifié se jouait au dernier tour entre le français Remond, largement soutenu par son public, et le champion du monde en titre l'allemand Zenkner. Remond a eu toute ses chances face à Caudron qui lui a laissé 18 reprises pour une victoire, mais il n'a pas su saisir l'occasion et reste avec un score de 120 points lorsque Caudron finit ses 150 points. Zenkner gagnant facilement face à Baca, il s'offre également la qualification pour la suite du tournoi.

Le lendemain, reclassement en deux groupes de 4 joueurs.
Dans le groupe E, on retrouve Caudron et Blomdahl en tête, avec De Backer et le "local" Petit. Après le premier tour, respectivement en 11 coups et 6 coups, Caudron et Blomdahl se retrouvent et le duel tourne court à l'avantage du belge, en 10 reprises. A ce second tour, le français Petit manque sa chance face à un De Backer à sa portée en 24 reprises. Au troisième tour, Caudron et Blomdahl étaient déjà qualifiés tant leur avance à la moyenne était grande. Caudron s'offre la première place du groupe en battant son compatriote en 5 coups seulement.
Quant à Johann Petit, il signe la plus grande performance en championnat du monde jamais enregistrée sur une distance de 150 points... il cloue le suédois sur sa chaise avec une série magistrale de 146 !!! Il signe au passage deux records du monde, celui de la meilleure série sur cette distance, et celui de la moyenne particulière toutes distances confondues. Tout simplement incroyable, il s'offre un statut qu'il mérite amplement à défaut d'une place sur le podium et, avec la simplicité qui le caractérise, il fait face à une incroyable standing ovation d'un théâtre plein à craquer !!!
Dans le groupe F, Jean-Paul de Bruijn gagne face à Zenkner, champion du monde en titre, alors que Gretillat lutte face au difficile Villiers et son public pour s'offrir une première victoire en 16 reprises. Au second tour, Gretillat ne sait pas saisir sa chance face au hollandais qui lui laisse tout de même 8 reprises pour prendre l'avantage, mais le suisse ne fait que 74 points. Pendant ce temps, Villiers prends sa première victoire face à l'allemand avec 22 reprises. Au troisième tour, De Bruiijn, déjà qualifié, enfonce le clou en battant le français en 10 coups.
Et le suisse s'offre le podium en prenant le dessus sur l'allemand méconnaissable, sans doute fatigué dans cette compétition. D'ailleurs, il l'a annoncé au gala qui a suivi cette journée du samedi, Wolfgang arrête toute compétition... il continuera juste quelques tournois régionaux aux trois bandes pour son plaisir. Il me confiera après, juste avant la prise de cette photo, qu'il n'avait plus de plaisir à s'entraîner, qu'il n'avait plus l'énergie pour fournir les efforts nécessaires pour maintenir le niveau international et que dans ces conditions sa participation n'avait plus de sens. Wolfgang Zenkner est un grand champion à la bande, d'Europe, du monde, recordman d'une série prolongée fantastique de 291 points sur trois matches, dont un match de 150 points sur mouche... Il m'a demandé ce que je retenais de lui et sans hésitation, je lui ai répondu son côté combattant qui ne lâche jamais rien et son côté comédien qui, bien dosé, faisait de lui un adversaire redoutable. S'arrêtant là, il m'offre l'honneur d'avoir été son dernier adversaire. Wolfgang, tu vas nous manquer.

En demi-finale le dimanche, Caudron ne trouve pas de résistance à sa hauteur dans son match avec le suisse, puisqu'il ne réalise que 72 points en 8 reprises. Et sur l'autre table, le hollandais de Bruijn est méconnaissable et doit aller jusqu'à la 20ème reprises pour terminer ses 150 points, face au suédois qui passe complètement à côté de sa demi-finale en ne marquant que 104 points.
Finale à 14h30, dans une salle archi comble... pas moins de 600 personnes pour venir acclamer celui qui gagnera cette finale. Les deux meilleurs spécialistes de la bande sont là, ce n'est pas vraiment une surprise. Deux jeux complètement différents, deux styles qui s'opposent. Le défi en 1500 points avait tourné à l'avantage du belge... pour cette fois, cette finale démarrait de façon moins glorieuse puisque tous deux n'affichait pas 30 points à la 9ème reprises... incroyable ! Mais Frédéric allait se reprendre en alignait trois séries de 35, 36 et 37 points ce qui l'a conduit à la victoire en 14 reprises.

Cette fois, ça y est, Frédéric Caudron complète son palmarès avec ce titre de champion du monde à la bande, celui qui lui manquait encore. Le moment d'émotion sur le podium lorsqu'il prend la parole ne trompe pas, il est heureux d'avoir gagné ce titre. D'ailleurs, ses remerciements et son discours était fort à propos et je me joins à ce qu'il disait au sujet de l'abandon des disciplines classiques du billard par l'UMB qui n'organisera à l'avenir que les championnats du monde aux trois bandes, au cinq quilles, à l'artistique et à la bande... exit tous les jeux de cadre. Messieurs de l'UMB, nous doutons que ce soit une bonne décision et personnellement je la regrette.

Un grand remerciement au club de Saint-Brevin-les-Pins pour l'organisation de ce championnat du monde, tout particulièrement MM. Joel Bertrand et Jacques Deneuves en tête de cette équipe. Un grand merci aussi à Kozoom et son équipe toujours sympathique qui figent dans le temps ce que les mémoires finiront par oublier. Merci également à Laurent Pirou pour ses photos. Et à tous ceux qui m'ont soutenu dans toutes ces épreuves.


"Pour ma part, ce championnat du monde est une incroyable aventure qui a commencé bien avant le début de la compétition. La préparation fut longue, intensive et beaucoup de sacrifices ont été réalisés, essentiellement en temps d'entraînement ce qui est tout à fait égoïste. Je suis arrivé à ce championnat du monde, principal objectif de l'année, avec bien entendu l'envie de faire au moins une médaille, mais plutôt un titre de champion ou vice-champion, rien que ça... ben oui, faut se mettre des objectifs hauts. Une préparation et un travail avant le championnat que j'ai fait au mieux en conciliant le temps de libre, le boulot et les soucis qui ne maquent jamais de faire leur apparition au plus mauvais moment... Mais bon, une certaine confiance quand même s'est dégagé de cette préparation, tant dans le petit jeu que dans les billes écartées, avec quelques beaux résultats en séance d'entraînement comme une très belle série de 190. Mais le jour du championnat, il convient bien entendu de relativiser tout ceci et de se recentrer sur le match présent, l'unique match... en l'occurrence pour moi cela a commencé avec le vietnamien Tran. Ce joueur asiatique est inconnu et, à part sa moyenne de 8 et des poussières, rien n'était connu. Vu le niveau des asiatiques en ce moment, j'ai présumé qu'il tapait largement les 10 de moyennes, voire plus. Il commence le jeu et réalise d'entrée une série de 37. Moi je bute sur mon premier points et les quelques reprises suivantes écartées ne m'ont pas permis de maîtriser et de comprendre le matériel sur lequel je jouais. Tant les bandes, que le roulement insuffisant, que le niveau du billard qui tombait de partout, et surtout les billes de trois bandes ProCup qui éclataient anormalement en jouant doucement, la température de la salle réfrigérée... bref je n'ai pas réussi à gérer et en quelques reprises, j'avais perdu tous mes repères... j'étais perdu, dans le noir complet, je ne voyais plus rien, c'était fini. Alors que Tran lui continuait à jouer son jeu prudent et efficace. Je n'avais que 11 points en 17 reprises, 23 points à la 20ème... du jamais vu pour moi à ce point. Une seule fois j'ai obtenu une position favorable et j'ai pu enchaîner 44 points de série mais dès que les billes se sont retrouvées en demi-distance j'ai très raté toujours incapable de voir... Un cauchemar pour moi qui m'a fait mis la honte, j'ai ensuite rasé les murs, fuyant les regards, fuyant tout le monde. Je me suis retranché dans mon monde, à la quête d'une solution. Si j'enlève la série, je venais de faire 33 points en 23 reprises. Bon je savais au moins que le jeu de près pouvait fonctionner, mais j'avais tout perdu en demi-distance et distance. J'ai alors décidé de tenter une réanimation de ma confiance et de mon geste dans ces points-là, ça ne coûtait rien d'essayer. Je suis rentré à l'hôtel et je me suis entraîné sur le demi-match froid installé pour l'occasion à la réception de l'hôtel. Petite anecdote d'ailleurs... alors que je jouais pour récupérer un peu de sensation et de confiance, un vieux monsieur s'est installé sur le fauteuil et m'a regardé faire pendant un moment. Puis après, il se lance et me demande de jouer avec moi. Vu qu'il ne faisait que 1,5 de moyenne à la partie libre, j'ai joué avec lui au trois bandes alors que lui jouait la libre. Il s'est incrusté ainsi pendant plus d'une heure, m'obligeant à jouer au trois bandes, ce qui dans mon optique n'était de toute façon pas mauvais. Et tout d'un coup, ce vieux monsieur s'approche de moi et me dit "dites, vous êtes allé voir le championnat du monde ?"... et là j'ai réalisé que même auprès de cet homme, ma crédibilité de joueur avait disparu, il était certain que j'étais spectateur... jolie leçon d'humilité, je lui ai répondu que oui, j'étais allé voir ce championnat. Et nous avons continué à jouer jusqu'à ce que sa femme ne sorte du casino. Merci M. Aupy de m'avoir accompagné. Retrouver un semblant de confiance dans le geste, c'était une chose, mais il fallait encore travailler la tête pour espérer battre le japonais et surtout Blomdahl... Une des clés dans ma trituration psychologique a été de me concentrer sur le match présent, en oubliant ce qui s'était passé. Je ne voulais pas de ce passé, mais cela impliquait aussi je ne voyais pas de futur non plus, juste le présent et ce point présent qui m'occupe sur la table. Plutôt basique, mais cela m'a permis de redresser tout le reste et d'être juste dans ma tête, comme j'aurais dû l'être dès le premier match... Résultats: je joue 14 reprises avec Mori et surtout seulement 6 reprises avec Blomdahl et une très belle série de 104 ! Voilà qui était mieux. Après ces deux matchs, j'ai enfin pu regarder les gens dans les yeux et la honte de ce premier match m'avait quitté. Le lendemain, je jouais Villiers en premier, un vrai combattant qui ne lâche jamais rien, un poursuiveur hors pair qui ne joue jamais autant bien que quand il est mené... je savais déjà qu'il allait appuyé sur mes faiblesses dans le grand jeu, mais étais prêt à cela et je savais que la partie allait durer. C'est une victoire en 16 reprises avec deux séries de 59 et 53... C’est un bon match compte tenu de l'adversaire. Mais là, j'ai ressenti encore toute la difficulté que provoquait le matériel avec lequel nous jouions. Toutes les tables étaient différentes et plusieurs d'entre nous se sont arraché les cheveux à voir les billes tomber ainsi... ou butter... ou réagir d'une sorte imprévisible. Il fallait l'accepter, faire avec et surtout ne pas s'énerver. J'en ai fait une constante. Le matériel sera de toute façon mauvais et faudra faire avec... Le match suivant, c'était contre De Bruijn, le maître du jeu de coin à la bande. Mais ni lui ni moi n'avons brillé en série. Je n'ai pas réussi à croire en ce match alors qu'il me laisse finalement 8 reprises. De mauvais augures pour le podium qui ne demandait plus qu'une victoire... avec Wolfgang Zenkner, ce combattant champion du monde, capable du meilleur comme du pire. Mais ce match a été à sens unique, l'allemand était à côté, fatigué, déçu de ses performances, il n'a rien joué et ce match a été finit en 13 reprises. Me voilà donc sur le podium avec au moins une médaille de bronze. Mais j'étais déterminé à trouver une place en finale et à battre - encore une fois - Frédéric Caudron. Le lendemain, j'étais préparé dans ma tête comme jamais, à fond concentré, je ne voyais plus personne autour des billes, je n'entendais plus rien, j'étais à fond dans mon match. Je commence cette demi-finale avec une série de 14 je crois, assez vite arrêtée, puis un événement se produit alors que je vais me rasseoir et là ce fut terminé pour moi. Chaque point de chacune des 7 reprises suivantes, j'ai été incapable de rester dans la ligne de conduite que je m'étais fixée. Ce championnat s'est terminé comme il a commencé, par une fragilité déconcertante. Peu importe l'événement en question, je sais juste qu'un fort joueur doit être capable de rester droit dans sa tête, quoi qu'il puisse se passer. Et cette fragilité mentale, cette sensibilité, m'afflige lorsque je vois le résultat qu'elle provoque. Bref, Frédéric réalise ses 150 points en seulement 41 minutes et moi je ne fais pas mieux que 68 points en 8 reprises. Ce n'est pas aussi fragile que cela que je peux prétendre à battre de grands champions et à prendre leur place en finale. Ce fut une incroyable expérience, chacun de ces matchs ont été pour moi une belle expérience. Et si je m'arrête ici avec une médaille de bronze, je ne renonce pas à aller plus haut. Mais il y a encore du boulot ! Et tant mieux, ce n'est pas le but de toute une vie qui est enrichissant, mais le chemin utilisé pour y parvenir."



30.09.2014 - QUI SUCCEDERA A WOLFGANG ZENKNER ?

Nous aurons la réponse à cette question dimanche prochain après la finale du championnat du monde à la bande, dans la salle de l’Etoile de Jade de Saint Brevin les Pins, en France ! Mais le vainqueur devra d'abord en découdre depuis ce jeudi, début de la compétition. A l'heure des derniers préparatifs, tant du côté des joueurs que du côté de l'organisation, un petit tour des prétendants s'impose.

Jeudi et vendredi se déroulera la phase qualificative avec quatre groupe de quatre joueurs. Dans le groupe A, les moyennes sur le papier semblent donner l'avantage à Blondahl (18.00) et Gretillat (14.84), mais il leur faudra se méfier des asiatiques comme de la peste. Le vietnamien Tran (8.00) et le japonais Mori (5.48) pourraient bien réserver aux européens le même genre de surprise qu'à connu le championnat du monde juniors au trois bandes où de jeunes coréens de 15 ans tapaient déjà des moyennes pharaoniques!!!! Dans le groupe B, le maître du jeu à la bande, le hollandais Jean-Paul de Bruijn (19.44) semble favori, mais gare à l'allemand Steinberger (8.81) qui a démontré toute son ambition à la dernière session européenne en Hollande. Gare aussi au grec Gerassimopoulos (8.20) et au français Petit (7.85) qui ont tous deux fait le plein de confiance en s'octroyant la seconde et la troisième place du dernier tournoi à la bande en France. Dans le groupe C, De Backer, favori sur le papier avec 17.60, aura fort à faire face à l'autrichien Kahofer annoncé à seulement 9.23 et qui a fait énormément de progrès aux trois bandes, mais aussi face au français Villiers (8.75), dernier vainqueur du tournoi en France avec son record personnel de moyenne générale de 15,79 !!! Sans oublier l'espagnol Garriga (5.27) qui a laissé dans son pays des compatriotes tels que Cuenca et Mata... Enfin dans le dernier groupe, celui a est considéré comme le meilleur joueur du monde toutes disciplines confondues, Frédéric Caudron (17,34) devra se défaire du meilleur joueur français Alain Remond (10,01). Là aussi, une opposition de style que le français devra déjouer s'il veut vaincre le belge. Mais ces deux maîtres de la bande devront aussi passer par M. Wolfgang Zenkner, champion du monde en titre, annoncé avec 8.81, capable du moins bon comme du meilleur lorsqu'il a par exemple établi son record de série continue... Mais c'est ce qui fait le charme de ce sympathique champion hors norme ! Et qu'ils ne négligent pas non plus le jeune champion tchèque Baca qui a déjà gagné une fois face à Remond en qualification de coupe d'Europe. Au terme de cette qualification, les deux premiers de chaque groupe seront reclassés en deux groupes de quatre joueurs. Les deux premiers joueront les demi-finales dimanche, ensuite de quoi nous aurons enfin la réponse à notre question... Que dire de toutes ces champions… à part ce sentiment que jamais championnat du monde à la bande n’a été aussi relevé !

Pour suivre ces débats, le mieux c'est de vous déplacer à Saint Brevin les Pins. pour les autres, Kozoom vous permettra de suivre les matchs en direct.



09.09.2014 - CHAMPIONNAT DU MONDE A LA BANDE DU 2 AU 5 OCTOBRE 2014

Inscriptions clôturées, désormais le programme du prochain championnat du monde à la bande est sorti ! Il y aura 16 joueurs de 12 nations qui se disputeront le titre mondial et la succession à l'allemand Wolfgang Zenkner, invité cette fois-ci par l'UMB pour notre plus grand plaisir. Les ténors de la discipline seront là... les inévitables De Bruijn et Caudron, mais aussi les remarquables Blomdahl, De Backer, Remond, kahofer. Ainsi que deux asiatiques Mori du Japon et Tran du Vietnam. Les moyennes annoncées dans ce championnat et surtout le classement des joueurs laissent songeur, mais qu'importe la fête de la discipline maître des jeux de série aura bien lieu. Les ténors de la bande ne manqueront pas d'assurer le spectacle et j'espère que les résultats, tant niveau séries que moyennes, marqueront cette édition !

Pour retrouver le programme complet, cliquez sur l'affiche !
















29.08.2014 - MARCO ZANETTI JOUERA POUR ALB LAUSANNE EN 2014/2015 !!!

Vous l'avez bien lu en titre... l'extraordinaire champion Marco Zanetti jouera pour la saison 2014/2015 pour l'équipe lausannoise ALB de trois bandes !!!!

Cet italien que l'on ne présente plus est considéré comme étant l'un des plus grands joueurs du monde de trois bandes, affichant des séries et des moyennes générales à faire tourner la tête. Multiple champion d'Italie, il vient de se succéder à lui-même dans son pays avec 2,119 de moyenne générale ! Ce professionnel du billard est double champion du monde et champion d'Europe en titre au trois bandes, et n'oublions pas qu'il a aussi été un fort joueur de jeux de série. Mais ce qui caractérise le plus ce pitbull du trois bandes, c'est sans aucun doute son caractère bien trempé qui se voit sur la table, avec des matchs extraordinaires... de véritables combats où il ne lâche jamais rien jusqu'au dernier moment !

La venue de ce champion dans l'équipe lausannoise sera l'occasion pour l'Académie lausannoise de billard d'organiser des entraînements spécifiques et de dynamiser l'équipe phare de l'académie, et par la même occasion tous les joueurs de trois bandes du club. Sa venue à l'ALB marque sans aucun doute aussi son attachement au Lausanne Billard Masters qui connaîtra sa seconde édition du 21 au 23 novembre 2014. Marco zanetti sera aux prises avec les meilleurs joueurs du monde, à savoir le suédois Blomdahl, l'allemand Horn, le français Bury, le hollandais Jaspers, le belge Caudron, l'espagnol Sanchez, le coréen Choi, et deux suisses qui auront la chance de participer. Un rendez-vous à ne pas manquer évidemment, mais je pense qu'il faudra aussi être présent tout au long de la saison lorsque l'italien défendra les couleurs lausannoises.

Pour ma part, je me réjouis de la venue de ce joueur talentueux dans les rangs de l'équipe lausannoise et je ne manquerai pas de me déplacer pour le voir évoluer autour de la table. Je me réjouis aussi de constater que la politique de l'ALB évolue dans le bons sens et qu'elle trouve les moyens pour engager un nouveau membre prestigieux qui, j'en suis certain, participera à l'essor du trois bandes à Lausanne. Je ne peux évidemment qu'applaudir cette évolution car la venue d'un vrai champion sur les tables de l'ALB ne peut que faire du bien à tous ses membres.



02.07.2014 - FEUILLE DE MATCH CHALLENGE CAUDRON - DE BRUIJN

Voici ici la feuille de match du Challenge Kozoom entre les deux champions Frédéric Caudron (FC) et Jean-Paul de Bruijn (JPDB), emporté par le Maître belge. Chacun pourra en faire son analyse...
Personnellement, je remarque que sur 66 reprises, FC n'a que 8 reprises sans point, quasi égalité avec JPDB qui marque 9 fois zéro.
Pour la suite par contre, JPDB a 33 reprises avec des séries de moins de 10 points, contre seulement 20 pour FC.
Mais le belge marque 34 séries entre 10 et 70, alors que le hollandais n'en a que 17...
Sur les séries plus longues, au-delà de 70, JPDB marque 7 séries comptabilisant en tout 645 points, dont deux de 100 (128 et 135). Alors que le belge marque seulement 4 séries de plus de 70, comptabilisant 472 points, dont trois séries de 100 (109, 117 et 155).
C'est donc bien dans les séries moyennes que Caudron fait la différence déroulant deux fois plus de séries que De Bruijn entre 10 et 70 points (34 contre 17), ce qui démontre bien que le belge sait tout faire, quelle que soit la situation il réalise une avalanche de points !
Cliquez sur l'image pour ouvrir les feuilles de match.








30.06.2014 - CAUDRON RESTE LE PATRON !

Quel fantastique match défi que nous a proposé Kozoom pendant ces trois derniers jours ! Un défi entre les deux meilleurs joueurs de la bande, sur une distance de 1'500 points, que demander de mieux. Personnellement, je n'ai pas pu me déplacer à Malle en Belgique alors j'ai profité des retransmissions de Kozoom pour admirer ces deux champions que je commence à bien connaître. La bataille a bien eu lieu entre ces deux monstres de la bande... Caudron s'est élancé en premier sur son matériel, laissant le hollandais loin derrière à plus de 300 points de retard. Mais à la mi-match, De Bruijn retrouve un peu son jeu et réalise cinq dernières cessions à plus de 30 de moyenne générale. Mais le belge continue son chemin, tel un rouleau compresseur qui aligne les points et les séries quelles que soient les situations. Le hollandais ne parviendra pas à aligner une longue série telle qu'il en est capable et ne reviendra jamais au score. Finalement Caudron l'emporte 1500 à 1251 en 66 reprises, soit 22,73 de moyenne générale pour Caudron et 18,95 pour de Bruijn. Tout simplement incroyable !

On n'aura pas appris grand chose sur ces deux joueurs. Caudron a déployé tout son jeu en alignant les points et les séries tels que j'ai l'habitude de le voir jouer, une vraie machine à faire des points en distance, en demi-distance et dans le petit jeu. Il nous offre d'ailleurs la meilleure série de 155, comme pour faire taire les mauvaises langues qui prétendent que le jeu de de Bruijn est plus propice à la série. Caudron est resté fidèle à lui-même, désarmant d'aisance et de facilité, ne prenant presque aucun risque, s'offrant ainsi des séries bien maîtrisées. De Bruijn quant à lui a été à la traîne au début, laissant son adversaire s'envoler loin devant lui. Je n'ai pas reconnu le hollandais, il manquait des choses faciles (pour lui...) et n'a pas réussi à déployer son jeu dans les billes de coin. Puis à mi-parcours, il a commencé à dérouler les points et les séries, nous offrant une vraie démonstration de ce qu'est le petit jeu de bande dans le coin, comme bien peu de joueurs sont capables de le faire dans ce monde. C'est sa force et il l'a démontré avec des séries superbes, malheureusement pour les fans il n'a pas pu réaliser plus de 135 points de série. C'est dommage car ce joli jeu permet de réaliser bien plus et, face au belge Caudronator, cela représente le seul espoir de survie.

La conclusion à ce match défi ? Caudron et de Bruijn, chacun dans deux styles différents, sont bien les maîtres incontestés de la bande ! L'idéal serait de conjuguer les talents extraordinaires de caudron avec la maitrise du jeu de coin du hollandais dans un seul joueur comme nommera Caubruijn ! En attendant de voir ce joueur-là, nos deux champions peuvent dormir tranquille. Caudron reste le Maître... pour le moment.



27.06.2014 - MATCH DEFI CAUDRON – DE BRUIJN : MERCI KOZOOM !!!

On l'a rêvé... Kozoom l'a fait !!!! Tout le monde le sait, le match défi à la bande entre le belge Frédéric Caudron et le hollandais Jean-Paul de Bruijn se déroule dès aujourd’hui, sur trois jours, à Malle en Belgique … sur une distance de 1500 points !!! Un match défi très longue distance, réalisé en 10 séances de 150 points. Une occasion unique pour tous les amateurs de jeux de série, et tout particulièrement de la bande, de se faire plaisir en admirant l’évolution des deux champions sur la table. Alors n’oublions pas de saluer l’initiative de Kozoom qui nous permets d’admirer des jeux de série en ligne, car il faut bien le dire c’est un événement qui devient bien rare… et quel match ! A la bande déjà, le jeu le plus difficile des jeux de série et sans doute aussi le plus contrasté depuis quelques années. Et surtout entre les deux meilleurs dans cette discipline !

On ne présente plus ces deux professionnels du billard… d’un côté, le hollandais Jean-Paul de Bruijn, extraordinaire virtuose à la bande et très fort joueur au trois bandes, capable d’alterner du jeu de distance avec des séries parfaitement maîtrisée dans les coins. Sa maîtrise du jeu de bille de près dans le coin le démarque clairement de son adversaire, cela lui offre l’opportunité de réaliser rapidement et avec peu d’énergie des séries longues de plus de 100 points, mais sans doute s’il est parfaitement en forme aussi des séries de plus de 200 points j’en suis certain et qui sait... peut-être même plus. De l’autre côté, l’extraterrestre du billard, celui que je considère comme étant le meilleur joueur de tous les temps, le seul à maîtriser pareillement toutes les disciplines du billard français, tous les jeux de série et le trois bandes… qui peut prétendre dans l’Histoire avoir fait autant que lui. Personne n’a jamais maîtrisé ainsi ces trois billes, Frédéric est sans conteste le meilleur… mais le billard reste le billard, la bande est un jeu très difficile et la distance longue de 1'500 pourrait être un handicap pour lui si son adversaire déploie tout son talent dans le coin. J’ai eu l’occasion de jouer avec le belge il n’y a pas si longtemps et il m’a démontré qu’il était parfaitement capable d’assurer des séries moyennes de 40-50 points à toutes les reprises, quel que soit le jeu, mais également d’assommer son adversaire avec des séries longues. Ce caméléon qui s’adapte à toutes situations est globalement plus fort que le hollandais, mais sur un match aussi long et à la bande, de Bruijn peut se montrer meilleur s’il déploie son talent dans les billes de coin. Cela dépendra donc de la forme des deux joueurs, qui j’en suis certain se seront préparés pour ce défi… mais également de leur stratégie de jeu, à savoir s’ils comptent attaquer, prendre des risques et donc encourager les grandes performances, ou s’ils vont jouer dans la retenue et la défense comme ils pourraient le faire lors d’une finale de championnat du monde.

Je me garde bien de lancer un pronostic, mais je leur souhaite à tous les deux de déployer le meilleur d’eux-mêmes et de nous en mettre plein la vue !!! Et vous, abonnez-vous à Kozoom et suivez ces stars du billard en direct !!!



19.06.2014 - MEA CULPA

Suite au dernier article du 13 juin au sujet de mon dernier championnat suisse de la saison, j'ai reçu un courrier de la part des concernés s'offusquant des commentaires mentionnés, portant atteinte à la réputation de mon club l'ALB. Surpris de cette réaction, j'ai alors relu l'article en question, sous un angle différent. Et force est de constater qu'effectivement les commentaires en question - quand bien même ils étaient objectivement justifiés - avaient été injustement généralisés à l'ensemble de l'ALB alors même qu'il n'étaient l'oeuvre que de certains. Je suis navré d'avoir ainsi fustigé l'entier d'une entité et j'ai corrigé mon texte en conséquence. A l'avenir, je prendrai le temps de mieux digérer mes déceptions et de choisir plus judicieusement mon vocabulaire... car finalement je suis le seul responsable de mes échecs et je demeure la seule personne à fustiger. Si toutefois je devais encore m'égarer, n'hésitez pas, chers lecteurs, à me le faire savoir. Ceci étant fait, je retourne à mon entraînement.


13.06.2014 - GRETILLAT QUALIFIE POUR LE CHAMPIONNAT DU MONDE A LA BANDE

La finale du championnat suisse à la bande s'est déroulée le 7 juin dernier dans les locaux de l'Académie lausannoise de billard avec quastre prétendants au titre, à savoir le franco-fribourgeois Frédéric Saby, le st-gallois Ludwig Nobel, Vincent Giacomini de Colombier, et Xavier Gretillat, détenteur du titre. La compétition était aussi qualificative pour la participation aux championnats d'Europe de Brandenburg en 2015 et surtout pour le championnat du monde organisé à St-Brévain/FR en octobre 2014. Pas de surprise malheureusement sur le résultat final de ce championnat suisse... Xavier Gretillat obtient son 15ème titre LNA à la bande et son 45ème titre LNA toutes disciplines confondues. Il confirme ainsi sa qualification sur le plan international. Du côté chiffre, Gretillat a entamé son tournoi avec une bonne partie en 9 reprises et une série de 102, puis s'est totalement effondré dans la seconde etla troisième partie, subissant de plein fouet ses démons. A la seconde place, Frédéric Saby a fini avec 2,90 de moyenne générale et c'est Ludwig Nobel qui a remporté la médialle de bronze avec 2,10 de moyenne.

"Merci à Antonio et Fernando de leur présence, ce qui a permis d'avoir au moins deux arbitres lors du premier tour. J'entame ce tournoi avec une bonne préparation et d'entrée je confirme mes possibilités. Après quelques reprises de chauffe, je réalise une très belle série de 102, lors de laquelle je me suis bien battu, avec aussi des phases de petit jeu très bien mené. La partie se clôture finalement à la 9ème reprise sur une série de 32. Dès le second tour, je n'ai plus réussi à faire abstraction de l'atmosphère qui régnait entre ces quatre murs. Ce que j'avais fort bien réussi à faire en début de saison lors des tours de jeux de séries par équipes, j'en ai cette fois été incapable et je l'ai pris de plein fouet ! Un second tour pitoyable et un troisième tour catastrophe ont fait chuté la moyenne générale à 7,44... pathétique, moitié moins que mon dernier tournoi à la bande en Hollande. Mon énergie sera désormais dédiée à m'entraîner, à m'améliorer et me préparer à la saison suivante. Elle se concentrera autour de deux gros événements... le championnat du monde en octobre, puis Brandenburg en avril 2015. Elle sera complétée par la France et l'Allemagne, et par les championnats suisses individuels. Après une saison en montagnes russes, ponctuée de beaux succès, mais également de pathétiques échecs, j'ai maintenant 4 mois devant moi pour travailler... alors au boulot !"



19.05.2014 - CHARTRES PERD EN FINALE FACE A OISSEL

16 mai 2014, à Chartres, les champions de France en titre défendaient leur place lors de la finale de France, face aux cinq meilleures équipes françaises... Dans le groupe A, l'équipe de Chartres (Justice, Gretillat, Gérimont) affrontaient Oissel (Kahofer, Petit, Devogeleare) et Ronchin (Villiers, Florent, Djoubri). Dans le groupe B, on retrouvait Soissons (Remond, Soumagne, Carreaux), Andernos (Baudoin, Picart, Gerassimopoulos), St-Maur (Fougerousse, Edelin/Legros, Cherpin). Un plateau très relevé et probablement un des championnats le plus redoutable en Europe, si on fait abstraction des allemands de Bochum et des hollandais d'Etikon. Trois jours de compétition pour succéder à Chartres et obtenir le titre de champion de France par équipes !

Dans le groupe A, les Chartrains ont assurés leur rang en remportant ses trois de ses quatre rencontres, la quatrième se soldant avec une égalité avec Ronchin. L'équipe emmenée par son capitaine Willy Gérimont se place en tête du groupe, Oissel termine second et Ronchin rentre à la maison, troisième de ce groupe très relevé. Au niveau des performances individuelles, Justice a impressionné lors de ses rencontres de groupe en signant plus de 10 de moyenne générale sur quatre matchs et la meilleure série du tournoi, soit 81 à la bande. Au cadre 47/2, c'est Gérimont et Devogelaere qui marquent les esprits avec plus de 50 de moyenne générale et la série parfaite pour Michael.

Dans le groupe B, Soissons s'adjuge sans susprise la première place du groupe. Le récent champion de France a fait la démonstration de son talent au 47/2 avec 50 de moyenne, Soumagne a assuré avec deux parties en deux reprises et une série parfaite de 200 au 71/2, et Remond a finit avec 10 de moyenne dans ce groupe et une série de 78... Andernos a pris la seconde place du groupe et accédé aux demi-finales au détriment de St-Maur. Malgré un excellent Edelin qui signe des parties au 71/2 en 2 et 4 reprises, sa performance ne suffira à compenser celles de ses partenaires.

Lors des demi-finales, Oissel a gagné face à Soissons 4 à 2. Devogelaere a subi la loi de Carreaux en 4 reprises au 47/2, mais ses partenaires ont assuré le spectacle en 4 reprises au 71/2 et 7 reprises à la bande. Petit et Kahofer offre la finale à Oissel, Soissons déçu espérait certainement mieux qu'une troisième place. Quant à Chartres, l'équipe se retrouvait face à son défi principal, s'assurer une place européenne en accédant à la finale. Chartres bat Andernos malgré une défaite de Justice, Gérimont et Gretillat assurant le minimum pour la victoire.

En finale, Devogelaere a donné de l'énergie à son équipe en jouant d'entrée une série 179. Il ne lui faudra que deux reprises supplémentaires pour donner la première victoire à Oissel. Alors que la bande était très disputée entre Justice et Kahofer, le cadre 71/2 s'est déroulé à sens unique au profit de Petit, Gretillat évoluant à l'aveugle bien en-dessous de son niveau. Petit en a profité en offrant la victoire à son équipe en 9 reprises ! Et quelques instants plus tard, Kahofer terminait son match ne laissant aucun doute... Oissel a été plus fort lors de cette finale !!!! Bravo à eux, cette équipe fort sympathique méritait largement sa victoire.











"Il est toujours étrange de constater à quel point le billard ne répond à aucune règle... Pourtant suffisamment préparé, je n'ai pas abordé ce tournoi avec confiance. Loin de là, sans vraiment savoir pourquoi. Mais bien décidé à en découdre, à tout donner et à faire au mieux. Une première partie à ne pas perdre contre Florent le ronchinois, gagnée sans gloire en 6 reprises et dans l'ambigüité. Une série, la meilleure de mon tournoi, d'entrée puis, le noir et une demi-distance approximative et l'incapacité à maintenir les billes ensemble. La suite allait confirmer cette ambigüité... la seconde partie gagnée en douze reprises a été difficile aussi, je faisais des points dans une imprécision à l'image des doutes qui me hantaient. Et toujours incapable de conserver les billes plus de dix points sans en perdre le contrôle. L'apothéose vint à la troisième partie dans laquelle je n'ai fait que ça... match gagné tout de même, en prenant même confiance sur ma capacité à exécuter des points délicats en distance et demi-distance. La solution a été trouvée à la quatrième partie, à nouveau gagnée, mais cette fois j'ai renversé la vapeur. Je suis devenu très performant sur les billes de près, en maîtrisant les millimètres, mais plus du tout en demi-distance où les doutes se sont à nouveau installés... Donc voilà, quatre match dans lesquels j'ai été soit habile en demi-distance mais incapable de garder les billes, soit maitrisant les billes de près mais incapable de résister à la demi-distance et à la soudure. Demi-finale dimanche matin.... rien n'allait mieux, bien au contraire, le peu de confiance avait disparu dans les méandres de cette ambigüité que j'ai été incapable de résoudre en quatre matchs. Heureusement, mon adversaire bienveillant m'a permis de vaincre et qualifier l'équipe en finale. Cinq matchs gagnés dans la douleur, le sixième s'annonçait difficile et Petit a été à la hauteur (!?!) et moi tout à fait incapable de jouer. Dans le noir, du début à la fin. Bref... j'ai à peine dû faire 20 de moyenne générale alors que j'avais terminé une saison à plus de 50... pas brillant mais tout de même du positif dans ce tournoi: la seconde place du championnat et donc assurément une place en coupe d'Europe. Et aussi... à ben non, c'est tout ! Voilà, maintenant je me tourne vers l'avenir qui devait être le week-end prochain pour un tour au trois bandes, mais mon équipe lausannoise n'a finalement plus besoin de moi dans cette petite finale. Donc ce sera le championnat suisse à la bande, le 7 juin et je l'espère la qualification pour le championnat du monde. Dès aujourd'hui, tout s'orientera sur la (les) bande(s) !"