Willy Gérimont se raconte en toute simplicité

Billiard On The Road inaugure avec Willy Gérimont une nouvelle rubrique qui, je l’espère, s’étoffera au fil du temps et des rencontres. Toujours fidèle au fil rouge, les jeux de série, je souhaite mettre en lumière nos meilleurs joueurs de jeux de série en Europe et dans le monde… Et cette saga débute avec le meilleur joueur de France actuel, tous jeux de série confondus, j’ai nommé Willy Gérimont !

Willy Gérimont :
– Vice-champion d’Europe au cadre 47/2 (2019)
– Médaillé de bronze au championnat d’Europe à la bande (2019)
– Vice-champion d’Europe par équipes de jeux de série (2016, 2019, 2020)
– Champion de France Masters au cadre 47/2 (3x), au cadre 71/2 (2x) et à la bande
Bande-annonce du reportage en 1mn

Découvrez dans une vidéo inédite la vie du joueur de billard : Willy se raconte en toute simplicité, évoquant autant ses débuts, son travail, ses entraînements, l’impact sur sa vie professionnelle et privée, ses meilleurs souvenirs mais aussi les pires, bref tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Willy raconté sans tabous et sans concessions.

Découvrez Willy Gérimont dans ce reportage de 53mn !

Vous pouvez retrouver tous les reportages de Billiard On The Road, sur la page associée.

Apprenez à jouer avec Willy Gérimont et Billiard E-Learning !

Willy et Xavier, adversaires mais amis avant tout.

De cette rencontre est né un nouveau genre de production. Les membres de Billiard E-Learning ont l’habitude de me voir expliquer les jeux de série, avec aujourd’hui pas moins de 227 vidéos commentées pour 169 heures de formations en ligne… autant dire que j’ai fait le tour de la question.

Mais avec Willy, vous avez désormais deux nouvelles vidéos où je ne suis plus seul à expliquer ce que je joue… Vous avez la chance d’avoir une double présentation ! Willy et moi commentons nos points respectifs, discutons ensemble de nos choix et analysons nos erreurs respectives, nous mettons aussi en lumière les différences existantes entre nos deux manières de jouer. Découvrez la première séance (1h04mn) à la bande, enregistrée sur son nouveau billard installé au sous-sol de sa maison, ainsi que la seconde séance (1h02mn) au cadre 47/2, enregistrée sur son billard d’entraînement dans le club de Chartres.

Les non-membres peuvent seulement consulter gratuitement un extrait d’une minute de ces deux nouvelles productions E-Learning, ainsi que des vidéos entières mais non commentées sur les réseaux sociaux.

Seuls les membres E-Learning pourront les découvrir en entier, avec tous nos commentaires, sur le portail E-Learning.

Avec Willy au cadre 47/2, à son club
Avec Willy à la bande, à son domicile

Merci pour votre soutien !

Merci pour votre soutien !

Vous appréciez cette promotion des champions de jeux de série au travers de reportages permettant de les découvrir ou de mieux les connaître ? Vous aimez l’idée de confronter les mondes et les idées de deux champions dans une seule et même vidéo explicative à différents modes des jeux de série ? Vous voulez que cela continue avec d’autres champions de jeux de série ? Alors n’hésitez pas à soutenir ce travail colossal et ce projet par votre adhésion et devenez membre, ce sera pour moi le plus beau des soutiens.

Des trésors dans la bibliothèque de Pineau !

Roger Pineau, collectionneur

Notre professeur Tournesol de la Réunion, dixit M. Roger Pineau, est passionné de billard français depuis fort longtemps. Collectionneur dans l’âme, il aime chiner les vieux objets de billard et surtout les vieux livres !

Dans sa bibliothèque, j’ai dénombré 88 ouvrages de billard, des plus récents au plus vieux. Tenez-vous bien, le plus ancien a pas moins de 165 ans ! Avec son principal concurrent de 10 ans plus jeune, ils sont conservés dans des emballages pour les préserver le plus possible du temps. Sinon j’ai retrouvé plusieurs ouvrage du début du 19ème siècle, quelques bijoux de nos anciens champions de ce siècle.

En feuilletant tous ces ouvrages, je me rend compte d’un certain côté que la technologie a permis de faire des progrès dans les dessins, les croquis et la clarté des explications… mais je ne suis pas certain que, dans le fond, les joueurs modernes que nous sommes avons vraiment inventé autant que nous le pensons. Déjà fin du 18ème, début du 19ème, je me surprend à lire des textes dont les vérités semblent immortelles et que chacun est certain d’avoir inventé. Et surtout, il faut relever le style d’écriture qui a totalement évolué ! De nos jours, plus personnes n’écrit ainsi !

Je n’aurais pas pu détailler chaque ouvrage bien évidemment, alors j’ai décidé de simplement vous donner envie avec quelques photos prises au hasard des pages de chaque livre. Quitte à vous frustrer ! Vous retrouver tout ceci dans une page spéciale que j’ai déposé sur la partie Free E-Learning et qui se nomme “Bibliothèque Pineau“.

Je suis certain que vous aimeriez en avoir plus, mais il me faut évidemment respecter les droits d’auteur. A ce sujet, si les auteurs s’en trouvent offusqués ou ne souhaitent pas apparaître sur ce site, qu’ils acceptent mes excuses et n’hésitent pas à me le faire savoir par mail.

Plongez-vous dans cette bibliothèque et découvrez les trésors de M. Pineau !

Billard de l’Ouest Lausannois : la force de la mixité !

En réalité, cet article aurait dû être publié en tout premier dans l’ordre de Billiard On The Road… puisque c’est mon club d’appartenance, mon club d’origine en Suisse d’où ce périple billardistique démarre. Mais le temps nécessaire au montage en a reporté la rédaction.

logo BOL

J’ai souhaité faire une petite vidéo promotionnelle de mon club pour en laisser une trace durable, pour prouver que finalement la mixité des différentes formes de billard peut être un atout, et non un problème. Le billard français, fort de son histoire, et leurs représentants ont tendance à vulgariser les autres formes de billards, comme si ceux-ci ne méritaient pas de partager les même locaux et comme si leurs joueurs étaient moins méritants que ceux pratiquant notre jeu noble légué par nos aristocrates d’antan.

Passionné de billard français, particulièrement de jeu de série, je ne suis pas d’accord avec ce clivage injustifié. Le billard américain, le snooker, le billard italien, le 8 pool, le billard russe, et j’en oublie, ont des difficultés que le joueur de billard français serait bien incapable de résoudre. Chaque spécialité dans ce monde billard, si elle est poussée à son paroxysme, devient une forme d’art qui doit simplement se considérer comme étant complémentaire à ses frères, sans devoir se mesurer aux autres et y chercher une place dans une échelle de valeur absurde.

Grâce à cet état d’esprit et cette ouverture sur les différentes formes de billard, le club Billard de l’Ouest Lausannois a réussi à se faire une place dans une ville où la pratique du billard français était pratiquement devenu un monopole. Ce petit club a grandi au fil des ans et est parvenu à faire de l’ombre à son grand frère, rassemblant des membres en quête d’une ambiance plus éclectique et plus simple.

Si vous êtes de passage dans la région lausannoise, allez faire un saut au Billard de l’Ouest Lausannois. Vous y trouverez des passionnés de billard français, peut-être pas les plus grands champions de Suisse, mais certainement parmi ceux les plus ouverts aux autres. Vous pourrez alors aussi faire une partie de billard américain, ou essayer d’empocher des billes sur cette énorme table de snooker, ou tenter votre chance de bousculer les quilles au billard italien. Vous y trouverez de toute façon un moyen de passer un bon moment, simplement, dans une bonne ambiance.

Découvrez en vidéo le Billard de l’Ouest Lausannois :

Le Billard de l’Ouest Lausannois en images !

Roger Pineau, le professeur Tournesol de La Réunion !

L’homme… vu par Katia Joubert

Roger qui réfléchit…

Roger Pineau est né le 16.06.1950, à Paris, 14ème. De corpulence mince et élancée, légère calvitie, cheveux blancs, vêtu d’une tenue de sport décontractée, Roger Pineau aime vivre en toute simplicité.

Il a vécu à Paris auprès de ses parents et son frère et a étudié la physique et les mathématiques. Très bon élève, il devient ingénieur en physique puis ensuite professeur de physique et de mathématiques à la Réunion. Il a également pratiqué de nombreux sport dans sa jeunesse mais plus particulièrement le handball, comme gardien, en ligue nationale 1 durant 4 années.

Roger qui se marie…

Le 14.01.1989, il épousa Anne-Marie Baudoin Pineau. De leur union, est née Laura, leur fille âgée de 28 ans, maman de deux jumelles, Léa et Cloé, âgées de 18 mois. Laura et son mari Benoit, vivent eux aussi sur l’île à quelques kilomètres de leur demeure. Sans oublier Gus, son labrador et une petite nouvelle chienne de quelques mois, qu’il a sauvée et adoptée. Ils vivent dans le sud de l’île, une charmante maison typique réunionnaise entourée d’un jardin arboré de cocotiers, manguiers, pamplemoussier et bordé de champs de canne à sucre

Amoureux de la nature, une de ses passions, la pêche à la mouche. Son record, une prise de 40 truites en 2 heures, qu’il a naturellement remis en liberté.

Roger en quête de tournevis…

Un sobriquet ? « Professeur Tournesol » ! Non pas pour son physique, bien que sa calvitie et ses lunettes rondes nous laisse songeur mais plutôt pour sa personnalité à la fois aimable et géniale. Quoique rêveur et parfois dans son monde, c’est un vrai personnage tant par ses connaissances que par son humour. Contrairement au professeur Tournesol, il n’est pas sourd, mais entend ce qu’il veut bien ! Roger Pineau est un rêveur mais réfléchit et analyse beaucoup. Il aime bricoler mais à son rythme. De nature généreuse, et bienveillante, qui plus est un tantinet inquiet, on retient de cet homme, un passionné qui aime apprendre encore et encore. Bravo à lui.

Le joueur de billard… vu par Xavier Gretillat

Une des bibliothèques dans sa salle de billard

Le monde du billard a trouvé son professeur Tournesol ! Tout le monde connait les aventures de Tintin et son fameux professeur Tournesol… Sur l’île de la Réunion, il joue au billard ! Ancien professeur de physique et de mathématique, il est érudit sur beaucoup de domaines comme peut en témoigner son impressionnante collection d’ouvrages scientifiques. Mais dans sa bibliothèque, on y retrouve aussi d’autres livres qui trahissent une très grande passion pour le billard, avec environ une centaine d’ouvrages. Tout comme d’ailleurs les innombrables objets, images, affiches qu’il a collectionnés au cours de sa vie. Je n’avais jamais rencontré pareille collection en 35 ans de carrière et donc elle fera l’objet d’articles séparés… mais préparez-vous, le plus vieux livre date de 1855 ! Entre ses deux bibliothèques trône un majestueux 3,10 m., un 2001 des billards Breton. C’est là qu’il assouvit sa passion et que nous partageons plusieurs heures de travail et de discussions.

Et la seconde bibliothèque…

Du professeur Tournesol, M. Roger Pineau n’en a pas que le physique… il a aussi la tête. Un véritable esprit de scientifique qui peut exprimer son talent au billard, mais qui s’éparpille parfois aussi parmi des détails sans importance ou des questionnements inutiles. Il a profondément besoin de comprendre, peu importe qu’il soit capable ou non de le réaliser. Pour lui, la compétition est sans intérêt, seul le travail compte pour tenter de mettre difficilement en pratique ce que son esprit scientifique comprend très facilement. C’est bien le problème au billard, contrairement aux échecs par exemple, la théorie est une chose, la réalisation de ce qui a été pensé en est une autre. C’est un joueur de billard dont le talent et les résultats sont envahis par son esprit scientifique disparate et sa soif de compréhension jusque dans les moindres détails. C’est bien la complexité du billard qui le passionne, alors que justement il faut perpétuellement le simplifier.

Roger au travail…

Par son parcours billardistique dans sa vie, il a rencontré beaucoup de champions, a rencontré beaucoup de monde, a travaillé avec plusieurs professeurs. La principale influence a été M. Francis Connesson, champion et recordman du monde, avec lequel il a travaillé plusieurs années. Roger est très attaché à l’Histoire du billard, en témoignent les nombreux trésors chinés au fil des ans. Il aime raconter ses histoires et ses anecdotes de billard et nous buvons ses paroles tant il le fait avec passion. Mais parfois, il nous fait rire lorsque son côté professeur Tournesol s’égare et se perd dans des théories ou lorsqu’il dévie tant de fois qu’il en devient difficile de se souvenir de quoi nous parlions à l’origine.

C’est lui qui a importé le billard français sur l’île de la Réunion. Ou disons plutôt qu’il a créé le premier club et l’a développé au fil de sa vie. Il en est le moteur sur cette île, président de son académie, professeur pour les jeunes, il se dévoue corps et âme au développement de sa passion à La Réunion. Secondé ne l’oublions pas par son épouse Anne-Marie, présidente de la ligue. L’histoire du club et le développement du billard sur l’île a déjà fait l’objet d’un autre article, tant il y a à dire sur ce sujet.

Au-delà de la gentillesse, du dévouement et de la générosité de l’homme, ce qui marque chez M. Tournesol joueur de billard, c’est sa passion pour ce noble art et son histoire. Si vous le croisez, posez lui une question avec le mot billard et vous l’écouterez avec passion pendant des heures.

L’Académie de Saint-Pierre et le billard à La Réunion

M. Roger Pineau

Cet article a été rédigé entièrement grâce aux textes de M. Roger Pineau, membre fondateur et président de l’Académie de Billard de Saint-Pierre, ainsi qu’à la relecture de son épouse, Anne-Marie Pineau, présidente de la ligue de La Réunion. Un portrait de cet homme atypique, mémoire vivante du billard sur l’île, sera dressé lors d’un prochain article.

« L’Académie de Billard de Saint-Pierre ABSP est née à partir d’un petit groupe de mordus du billard français. On se retrouvait en 1990 dans la salle de billard de la rue Auguste Babet tenue à l’époque par Patrick Candassamy. Il y avait là deux billards français, petit format 2,60m, qui faisaient notre bonheur au milieu des billards à poches. L’arrivée d’un billard match 3,10m installé chez moi a augmenté la fréquence de nos rencontres. Une fois par semaine nous passions une soirée entière à jouer. Il en est même qui partaient travailler au petit matin sans avoir dormi.

Francis Connesson
M. Francis Connesson

Pour marquer les esprits et faire connaître le billard à la Réunion, nous avons invité un grand champion et mon Maître, Francis Connesson, en décembre 1992. C’est la perspective de sa venue qui déclencha la création du club. Notre club, l’ABSP, a vu le jour le 29 octobre 1992. Ce fut le premier club de billard de l’île. Pour la mémoire du temps passé, ce petit groupe de membres fondateurs était composé de : Van Hau Nguyen, Maurice Bayet, Laurent Michel, Georges Royer, et moi-même. Patrick Candassamy, qui ne jouait pas, nous a bien aidé à démarrer. Les médias ont couvert la venue de Francis Connesson comme celle d’un ministre. C’est à cette période que nous avons répondu favorablement aux propositions du patron de l’établissement du Sterne, Pasqual Porcel, un mordu lui aussi du carambole, qui nous a fait visiter un des salons de ce lieu d’exception. L’emplacement était idéal et l’occasion trop belle. L’aventure a duré huit ans.

La belle époque

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pineau-article-8-1024x676.jpg.

Nous avons installé rapidement un 2,80m en janvier 1993 acquis par Laurent Michel. Le nombre de nos adhérents a augmenté dès que Jean François Alexandre, le patron de la maison Truchet, nous a installé deux autres billards carambole fin 1993. Plus tard, Roland Schorsch, futur président de ligue, que j’avais rencontré en stage à Andernos et qui voulait découvrir l’exotisme, nous a rejoint. Au cours de la saison 1994/95, l’ABSP s’est affilié à la FFB par l’intermédiaire de la ligue. Nous étions 23 membres. Des compétitions officielles se déroulaient régulièrement et en 1996 on comptait au moins sept catégories différentes, avec un titre de champion pour chacune d’elles.

C’est en février 1998 qu’a démarré notre école de billard. Notre action vers les jeunes était d’autant plus facilitée que nous étions plusieurs enseignants dans le club. Le mercredi après midi et parfois le samedi matin un petit nombre de jeunes venait s’entraîner au carambole. J’ai bien été aidé à cette époque par Yves Samson, Jean-Claude Halgand et Thomas Randjelovic.

C’est en 1998 que nous avons fait le plus de compétitions officielles. Il y en avait presque toutes les semaines. L’émulation était grande mais paradoxalement de gros problèmes ont surgis, autant financier puisque nous n’étions pas en nombre suffisant pour assurer le coût du local, que de participation car beaucoup appréciaient l’arbitrage mais peu s’investissaient. La perspective de quitter les salons du Sterne devenait une réalité grandissante. L’aventure avec le Sterne a pris fin en août 2000.

L’école de billard ou le billard à l’école.

Parallèlement à l’action que nous menions au Sterne, Yves et moi étions investis dans notre lycée Antoine Roussin à Saint-Louis depuis 1997. Le club y a signé une convention de partenariat. Nous avons commencé dans une petite salle avec un billard 8 pool en 1997. Pour répondre à la demande grandissante des jeunes, on nous a proposé une deuxième salle avec un autre 8 pool. Un jour, le Proviseur du lycée A. Roussin, André Michalina, m’a convoqué avec l’Intendant de l’époque sans motif apparent et m’a proposé dans l’internat du lycée la salle qui a été pour nous notre porte de salut. Je vous laisse imaginer ma joie. A la rentrée de septembre 1998, la salle, ancien débarras du lycée, était prête.

Petit à petit les billards ont afflué. Nous avons prêté un 2,80m acquit par la suite par le lycée. Et c’est vraiment le premier billard 2,60m de la rue Babet qui a vu naître le club. Et tout ce que nous ne pouvions plus faire au Sterne nous l’avons fait au lycée. C’est ainsi que l’école de billard est devenue le billard à l’école. D’année en année la structure s’est étoffé et nous comptons maintenant 9 billards, dont 4 français.

Des compétitions scolaires dans le cadre de l’UNSS ont vu le jour. C’est en avril 1998 que Jacques Deneuve, Président de la FFB, nous a rendu visite, invité par la ligue. Nous étions passé de 21 à 38 membres de part nos actions auprès des jeunes. Nous suivions la politique de la FFB qui avait décidé de promouvoir le billard chez les jeunes. Des accords au plus haut niveau permettait à tout licencié du sport scolaire UNSS d’obtenir une licence FFB gratuite.

Dans le même temps, il fallait renforcer nos connaissances et notre pédagogie. C’est au début de cette période que la ligue inspirée par les actions menées dans notre club a fait appel au DTN Marc Massé pour assurer un stage d’animateurs de club et de ligue. Marc est venu pour la formation une première fois en 1999, puis en 2004 avec Nicolas Henric. En 2002, nous avons signé une convention avec un deuxième lycée, le LP Paul Langevin de Saint Joseph. Cela a été la naissance d’un deuxième pôle billard dans le sud. Les élèves de cinq lycées du Sud pouvaient se rencontrer.

Roger Pineau et Jean Reverchon

Dans la foulée, nous avons invité pour la formation, aidés par la ligue dynamisée à l’époque par son nouveau président Clotaire Olivaux, des moniteurs BEES, tous joueurs de haut niveau et multiples champions de France, qui ont pu nous conseiller et renforcer nos connaissances. C’est ainsi que Jean Arnaud, Bernard Baudoin, Xavier Carrer, Laurent Guenet se succédèrent. Je n’oublierai pas d’y associer le passage sur invitation de la ligue en 2000 de Jean Reverchon, champion du monde d’artistique et en 2001 de Georges Bourezg (mon premier professeur) plusieurs fois champion de France et vice champion d’Europe.

De ces multiples formations, il a résulté que le sport billard a commencé à s’implanter dans notre île, chez les scolaires. Des professeurs d’EPS n’hésitaient plus à proposer à leurs élèves l’activité billard qui plaisait beaucoup, ce qui était impensable auparavant. Nous voulions poursuivre l’expérience réalisée en 2004 où nous avions pu aider à la réalisation d’une finale académique au lycée Georges Brassens. Plus d’une dizaine d’équipes y avaient participé. Depuis 2004, des rencontres ont eu lieu dans le sud à Saint Louis ou à Saint Joseph, mais si l’on voulait créer un championnat académique UNSS, il nous fallait absolument un soutien de la ligue et un investissement des autres clubs auprès des lycées. Notre préoccupation était alors de réussir notre pari auprès des jeunes avec un championnat UNSS structuré dans un premier temps, et enfin la création de club de billard municipaux comme en métropole, dans un deuxième temps. En 2008 nous comptons 61 membres dont 51 jeunes.

L’agrandissement de la salle

Mme Huguette Suter

C’est en 2006 sous la gouvernance d’Elisabeth Bordy que la communauté éducative, encouragée par le succès de notre activité, a décidé, à notre demande, d’agrandir la salle. Une salle de billard de 200m2 dans un lycée c’est quand même peu courant ! Et c’est ainsi qu’au fil des ans nous avons passé de 7 billards à 11 billards avec la salle de français d’un côté et celle du 8 pool de l’autre. En 2009, nous avons appris qu’Huguette Suter vivait depuis peu à la Réunion. Nous n’avons pas mis longtemps à la rencontrer et cette multiple championne de France au carambole a intégré le club à notre grande joie. Dans la foulée, un autre pensionnaire du Billard Club Phocéen de Marseille, le regretté Claude Colombier, a frappé à la porte du club. Claude, c’était un sacré personnage, avec sa bonhommie naturelle, son acharnement au jeu, son sens de l’organisation et sa vision futuriste. Il a été président de ligue de 2009 à 2011 et c’est grâce à lui que la ligue a obtenu 6 billards 8 pool que nous avons installés dans notre salle. Nous avons beaucoup perdu après sa disparition.

L’UNSS ça marche, mais….

Au fur et à mesure que la salle s’est agrandie, le nombre de compétiteurs par équipe de trois au 8 pool a augmenté. Nous avons commencé les séances en 2000. C’est surtout dans le sud de l’île que les compétitions ont eu lieu principalement dans notre salle à St louis. Plusieurs lycées dont Pierre Poivre, Paul Langevin, Jean Joly, Antoine Roussin, Stella, Victor Schoelcher, Roches Maigres ont participé avec leur professeurs d’EPS surtout de 2011 à 2018. Des conventions avec bon nombre de ces établissements ont été passées. Dans l’ouest, un seul établissement le lycée hôtelier de St Paul et à St Denis le lycée Georges Brassens ont présenté cette activité. Cependant, même s’il y a eu et s’il y a toujours un engouement pour le billard chez les jeunes, nous nous sommes rendu compte que les contraintes liées au développement étaient importantes : pas assez d’encadrants dans le club, pas assez de professeurs d’EPS intéressés.

Au lycée Antoine Roussin de St Louis, nous avons la chance d’avoir notre club dans le plus grand internat de l’île avec les élèves de 5 lycées. Le carambole y a aussi sa place.

D’autres lycées nous ont sollicités mais nous manquons cruellement d’animateurs. Nous venons de passer convention avec le lycée Roland Garros du Tampon. La demande des élèves est très forte. Un sondage lancé par les conseillers pédagogiques en début mars 2019 recueillait 600 postulants pour le billard pour 2300 élèves. Nous leur avons prêté 3 billards pool.

Malheureusement le Covid est arrivé avec une fermeture des établissements scolaires pendant plusieurs mois.

Quel avenir pour le billard à la Réunion

La ligue a été créée en 1995. Elle a été majoritairement composée de joueurs de 8 Pool, actuellement Blackball. Si les joueurs ont profité de la présence de deux salles commerciales le Green dans le nord à Saint Denis et le Billard Palace dans le sud à Saint Pierre, il n’en reste pas moins que les clubs auxquels ils appartenaient étaient trop dépendants des patrons de ces salles. Néanmoins, ils ont su créer des championnats par équipe et individuels qui ont permis aux meilleurs de participer aux championnats de France DN3. On peut regretter que la politique d’ouverture en direction d’autres joueurs, notamment les jeunes, n’a pas toujours fonctionné et que certains en ont bien profité. La création de l’AFEBAS en concurrence avec la FFB a freiné dans un premier temps le développement du billard. Heureusement la nouvelle équipe dirigeante de la ligue, composée de joueurs de Blackball et de carambole, a permis la réunification et tout semble s’arranger.

Le billard carambole est en bonne voie pour créer un second pôle d’attraction dans le nord au Tennis Club Dyonisien. La venue de Xavier Gretillat multiple champion d’Europe aux jeux de série, de passage dans notre île, nous a facilité la tâche. Actuellement, nous cherchons à créer une grande salle communale dans le sud à Saint Pierre. Elle permettrait aux jeunes lycéens de venir hors période scolaire et de jouer ou de s’entrainer à des tarifs très abordables.”

Billiard On The Road débute l’aventure par La Réunion !

Ce devait être le Vietnam en premier, puis l’Europe en second. Covid19 et après bien des hasards, le destin me conduit d’abord à La Réunion pour quelques mois !

C’est ainsi que je pars à la découverte de cette île, de ses clubs et de ses joueurs, dans le but de partager ma passion pour le billard et plus particulièrement des jeux de série. Et de vous en rendre compte au fil des découvertes et des rencontres.

A l’heure où ces lignes sont écrites, c’est mon premier jour à La Réunion. J’ignore pour l’instant ce qui m’y attend, mais j’ai déjà reçu un accueil inattendu et spontané de la part du président de l’Académie de St-Pierre, M. Roger Pineau, avec lequel je partage la même passion. Un accueil chaleureux également de son épouse Anne-Marie et de leur voisine Edith, respectivement présidente et secrétaire de la ligue.

Anne-Marie, Roger, Edith, Katia et Xavier

Je suis certain que nos échanges seront autant fructueux pour lui, pour les joueurs, pour le club et la ligue, que pour moi-même et pour vous amis passionnés. J’ai hâte de découvrir ce qui m’attend ici et de le partager avec vous.

Grandes évolutions en 2021 pour Billiard E-Learning !

Amoureux des jeux de séries, préparez-vous à de grands changements à partir de janvier 2021 !

D’ici la fin de l’année 2020, les 35 épisodes avec les derniers bonus du livre seront diffusés. Et dès le 1er janvier 2021, ce sera 100 vidéos supplémentaires qui viendront enrichir d’un seul coup et définitivement la bibliothèque de productions disponible. Au total, les membres de Billiard E-Learning auront à leur disposition 225 vidéos pour environ 170 heures de formation en ligne sur tous les jeux de série et la technique ! Sans oublier la consultation en ligne de mon livre de 711 pages et une assistance par mail illimitée !

49 nouveaux exercices, autant pour débutants que pour joueurs avancés, seront désormais à votre disposition, portant le total d’exercices à 63 !

50 séries de 100 points expliqués dans le détail vous seront proposés également dès janvier 2021. Dans cette saga, 10 séries de 100 seront diffusées dans les 5 disciplines de série, à savoir la libre, les cadres 47/2, 71/2, 47/1 et à la bande. Vive les jeux de séries !

Vous en rêviez, vous l’aurez… Une série commentée de 1’000 points à la partie libre sera disponible, entièrement jouée du même côté de la table et sans aucun rappel de long ! Si, si, c’est vrai… vous aimez la partie libre, vous allez être servi !

Dès 2021, je prendrai le temps de terminer la traduction de mon livre de 711 pages en anglais et je m’occuperai de traduire en anglais et en espagnol le plus de vidéos possibles.

Plus important encore, l’année prochaine je prendrai la route pour venir à votre rencontre, vous joueurs passionnés de jeux de série, chez vous ou dans votre club. Celles et ceux qui souhaiteront échanger et travailler avec moi pourront le faire sans devoir se déplacer !

Cette épopée sera à suivre dans une nouvelle rubrique gratuite Billiard On The Road et sera le fruit de nombreux échanges. Plein d’idées deviennent alors possibles, dans toute l’Europe, permettant la création de nouvelles formations qui viendront alimenter le contenu vidéos de Billiard E-Learning.

En ajoutant ces 100 vidéos d’un seul coup, représentant 4 ans de vidéos si je continuais à publier deux fois par mois, j’arrête la production effrénée de formations. Ce qui va me permettre aussi de prendre le temps pour créer un contenu nouveau et innovant en fonction des rencontres faites sur ma route.

Si vous êtes amoureux des jeux de série comme moi et souhaitez soutenir mes formations et mon nouveau projet, devenez membre de Billiard E-Learning pour apprendre et vous perfectionner en ligne !

Oissel en argent en coupe d’Europe 2020 !

On savait pas trop si la compétition allait se dérouler… jusqu’au dernier moment, nous étions prêts à tout annuler. Et puis non, la finale de la Coupe d’Europe par équipes aux jeux de série s’est bel et bien déroulée, organisée par les double tenants du titre, le DSB Douarnenez ! Alors c’est parti, retour sur une fin de semaine unique, sur fond de pandémie au Coronavirus !

Pas vraiment de changement dans les aéroports, dans l’avion et sur les routes de Bretagne en ce jeudi, jour de voyage pour atteindre le bout du monde, Douarnenez, sur la pointe de la Bretagne. Bien accueilli par ce club, ses membres et ses bénévoles, bien décidés à organiser une belle fête du billard. Le tout retransmis en intégralité par Kozoom qui a mis plus de moyen que d’habitude pour diffuser ces matchs.

Début des entraînements à 9h, 20 minutes par équipes, présentation officielle des équipes à l’hôtel du principal sponsor, puis début des compétitions à 16h. Personne ne se serrait la main pour se dire bonjour ou se féliciter, juste des check du coude ou du pied. Un public dégarni, semble-t-il que beaucoup ont décommandé. Mais le public de Douarnenez était bien présent pour cette première rencontre avec le club de Oissel, en ouverture de cette Coupe d’Europe. Du côté du club normand, on y a cru jusqu’au bout. Si Swertz a remporté son match au cadre 47/2 contre Gérimont, 250 à 186 en 5 reprises, Gretillat a rétabli l’équilibre au cadre 71/2 en battant Faus sur un modeste 200 à 140 en 7 reprises. C’est bien à la bande qu’une fois de plus le sort allait se jouer et il convient d’apprécier la solidité de Le Deventec sur cette fin de partie qui a coiffé au poteau Petit à qui il ne manquait que 8 points, 200 à 112 en 8 reprises. Dans ce groupe A, les bretons ont facilement battus les allemands de Hilden. Swertz, Faus et Le Deventec ont gagné sèchement contre leur adversaire, respectivement en 2, 5 et 12 reprises, laissant Melerski à 27 points, Janssen à 113 et Wildförster à 58. Un 6-0 qui a donné la première place de ce groupe à Douarnenez. La seconde place allait donc se jouer entre Oissel et Hilden. Gretillat a offert la première victoire de son équipe en battant Janssen en 6 reprises, 200 à 58 au cadre 71/2. Puis Gérimont a remporté son match au cadre 47/2, en battant le dangereux Melerski 250 à 77 en 11 reprises. Quant à Petit, il s’est fait surprendre par Wildförster qui a joué à son meilleur niveau, un très beau jeu, lui permettant de finir la distance en 12 reprises. Avec cette victoire, Oissel s’est qualifié en demi-finale.

Xavier, Johan, Katia, Willy, Daniel, motivés pour aller jusqu’au bout !

Dans le groupe B, la première surprise est venu du DBC Bochum, favori à l’origine, mais qui s’est présenté sans Thomas Nockemann, remplacé par un Thomas Berger. Au premier tour, les allemands ont perdus contre les espagnols de Vic. Mata au cadre 47/2 et Cuenca au cadre 71/2 n’ont laissé aucune chance à Havlik et Berger, respectivement 250 à 136 en 5 reprises et 200 à 60 en 7 reprises. Le génie hollandais Van Etten a sauvé l’honneur de son équipe en gagnant contre Espinasa à la bande, 120 à 79 en 10 reprises. Les espagnols ont obtenus leur place en demi-finale au tour suivant, en battant Soissons très sèchement aux jeux de cadre : 250 à 0 en 2 reprises entre Mata et Dessaint au 47/2, et 200 à 46 en 3 reprises entre Cuenca et Carreaux au 71/2. A la bande, Remond a donné deux précieux points à son équipe à la bande, en battant Espinasa 120 à 81 en 17 reprises. Au dernier tour, Soissons s’est offert une médaille garantie en battant les allemands du DBC. Malgré une belle performance de Havlik, 250 à 129 en 3 reprises contre Dessaint, Van Etten s’est effondré de manière surprenante contre Remond qui l’a battu 120 à seulement 26 points en 8 reprises. Carreaux a apporté la qualification à son équipe en battant Berger 200 à 112 en 11 reprises.

Samedi soir, la nation a attendu avec impatience les déclarations de M. Macron, Président de la République. Et le couperet est tombé. Tout sera fermé dès dimanche midi, rassemblement interdits, confinement des habitants, restrictions des déplacements, bref la totale. Avec l’accord des Autorités, le DSB est autorisé à terminé sa compétition… à huis clos ! Voilà le public lors de la demi-finale :

Les gradins sont vides en ce dimanche matin pour les demi-finales, on joue oui, mais à huis clos !

C’est parti pour cette première demi-finale à 9h30 entre le DSB Douarnenez et Soissons. Les tenants du titre ont pu compter sur un Swertz impérial qui a atomisé Dessaint en une reprise, 250 à 13, et sur Faus qui s’est défait de Carreaux en 4 reprises, 200 à 96. Et heureusement parce que Le Deventec n’était pas en forme ce dimanche matin et s’est incliné face à Remond, 120 à 68 en 12 reprises. L’essentiel est acquis, le DSB s’est qualifié pour défendre son titre en finale !

L’autre demi-finale, Gretillat a apporté la première victoire avec une partie parfaite contre Cuenca au cadre 71/2, 200 à 18 en une seule reprise. Et c’est la victoire de Petit sur Espinasa à la bande, 120 à 71 en 15 reprises, qui a mis fin au match de Gérimont, à la 6ème reprise, également en route pour la victoire face à Mata. La finale sera donc française : DSB Douarnenez contre les challengers de Oissel !

C’est devant les seuls spectateurs des caméras de Kozoom que les parties de cette finale ont débuté. Le Lucky Luke du billard a été le premier à terminer son match, à une moyenne oscillant entre les 300 à 400 points à l’heure… il a battu un Gérimont en petite forme en 4 reprises, 250 à 6. Gretillat a rétabli le score en battant le tchèque Faus au cadre 71/2, 200 à 41 en 2 reprises, en entamant son 2ème match du jour par 152, soit 352 de série prolongée après ses 200 points sur mouche en demi-finale. Comme d’habitude donc, c’est Le Deventec qui va défendre le titre et force est de constater qu’il a terminé son match magnifiquement, pourtant mené au score. Petit s’est incliné 120 à 108 en 9 reprises, quelle tension incroyable entre ces deux joueurs. Mais la star bretonne a offert une troisième étoile à son club… chapeau messieurs !

Swertz, Le Deventec et Faus, 3 fois champion en 3 éditions…,

“Après ce récit sportif, en voici un autre plus personnel.
Pour ma part donc, cette Coupe d’Europe, c’était le rendez-vous de ma saison, à ne pas louper avant le championnat d’Europe à la bande. J’avais à cœur de bien jouer avec mes nouveaux camarades de Oissel, avec qui j’ai accepté de faire le rôle du remplaçant. Martory étant occupé, je me suis préparé à le remplacer. Willy je connais, Johann je n’ai jamais joué avec lui mais toujours contre lui. Deux joueurs que j’admire, quoi de mieux. Un petit coup de blues quand même en revenant sur les terres bretonnes, pour cette équipe de Chartres qui n’est plus, pour Jacky qui n’est plus là, mais je dois me tourner vers l’avenir et chasser ce coup de blues pour cette nouvelle équipe. Alors on se retrouve et surtout on se prépare à cette première journée de compétition. Rien de mieux qu’un premier briefing autour d’une table, pour mieux se connaître. On discute beaucoup, on se confie, on se prépare et samedi on est prêts !

Côté compétition, je n’avais plus aucun repère. Ma dernière compétition importante date de septembre 2019, au Vietnam, où j’avais dû sortir de mon confort pour affronter 15 tueurs qui voulaient tous mon scalp. Mais depuis, plus rien… que du travail, seul, juste deux championnats suisses, mais sans importance pour moi et sans concurrence. Donc la différence se fera dans la tête, le moment venu, pour être capable de déployer ce que je sais faire, au moment venu. Et c’est donc avec une préparation psychologique rigoureuse que je me suis présenté à mon premier match contre le très fort Faus, fort certes mais aussi inconstant. Et c’est une partie compliquée sur laquelle je me bats tout en demi-distance, ne parvenant pas à maintenir les billes ensemble plus d’une dizaine de points, perdant le contrôle rapidement et tombant ainsi en demi-distance, voire même en distance. Mais malgré quelques erreurs, 6 plus exactement, je me suis battu dans cet effort et mon travail sur la demi-distance lors des mois précédents a payé. Malgré la difficulté de ces points, je termine avec une modeste victoire en 7 reprises. Insuffisant, mais il y a du positif à en sortir quand même. Avec quelques petites adaptations psychologiques, je me présente à la table contre Janssen, toujours rigoureux dans ma tête. Je commets des erreurs, mais cette fois, je parviens à réaliser une séquence de billes ensembles très prometteuse, une modeste série de 110… et pourtant pendant un moment, je me sens bien, à l’aise dans les billes de près, très concentré et rigoureux. Même si cette partie, à nouveau modeste, doit se gagner en 6 reprises, il me semble avoir trouvé la voie dans ma tête. Si je parviens à allier la demi-distance de ma première partie à cette séquence maîtrisée de la seconde partie, cela peut faire très mal… A voir… Ma chance pour le moment, c’est d’avoir pu gagner ces deux parties en 7 et 6 reprises, pour acquérir la confiance. Si j’étais tombé contre un adversaire plus fort, la suite n’aurait peut-être jamais existé.

La suite, c’est cette demi-finale contre Cuenca, champion d’Europe de la discipline. Mais moi aussi j’ai obtenu ce titre, je ne l’oublie pas. D’une rigueur absolue, je commence cette partie et je gère tout ce qui se passe dans ma tête à la perfection. Chaque seconde de cette partie est maîtrisée, je suis concentré totalement, tout est en place pour déployer ce que je sais faire avec mes billes, et je déroule une partie académique comme j’ai rarement joué. Toujours beaucoup d’erreurs, presque à chaque point, mais je suis sans doute le seul à les voir tant elles sont minimes. Je conserve la maîtrise de mes billes jusqu’au bout, presque uniquement en largeur, juste une frayeur vers 172 qui me pousse dans la longueur pour deux rappels de long. 200 en une reprise, la traduction sur le terrain d’une tête à nouveau forte. Je dis à nouveau parce que depuis quelques années, je dois composer avec des émotions encore inconnues qui me trahissent parfois et qui me plongent dans un enfer. Mais pas aujourd’hui…

La finale contre Faus à nouveau… Malgré cette demi-finale parfaite il me laisse commencer ! Il me dira plus tard qu’il a décidé cela parce qu’il ne me pensait pas capable de le faire deux fois… je pense que pendant 152 points, il a dû regretter profondément ce choix. Moi je pensais bien aller jusqu’au bout, mais cette série prolongée s’arrête à 352. Après de mauvais choix, des perturbations dans ma tête mal gérées, et c’est l’erreur ! Le retour à la chaise. Surtout rester mobilisé et prêt à revenir lorsque Marek me laissera la main. Cela vient très vite et je termine cette partie sur une série de 48. Toujours dans une excellente maîtrise apparente, des erreurs à chacun de mes points, mais des erreurs sans conséquence pour la suite du jeu.

Un mot maintenant concernant ce coronavirus. J’imagine que c’était inconscient de jouer cette Coupe d’Europe, l’histoire nous le dira. Le huis clos, c’est une première dans l’histoire, elle ne m’a pas dérangé du tout. Je suis focalisé sur la table et, bien dans ma tête, je sais gérer le public qu’il soit absent ou présent. Mais ce huis clos nous a permis de mieux profiter du temps de ces finales du dimanche et, du coup, de permettre un retour en Suisse le dimanche soir. Messieurs, l’année prochaine, tenez compte dans l’établissement du programme qu’une cérémonie de clôture à 1830 empêche les étrangers de rentrer chez eux le jour même. Je tiens à féliciter le DSB Douarnenez, ses membres et ses bénévoles, et même son président, pour cette gestion un peu spéciale et cette belle fête du billard parfaitement réussie ! Bravo à vous tous. Mais je m’offre le droit de donner un carton rouge au directeur de jeu, il sait pourquoi.

L’avenir… toutes les compétitions sont annulées ou poliment reportées. L’avenir est incertain. Mais la priorité n’est pas au billard. Prenez soin de vous, respectez les directives, restez chez vous, gardez la santé et restez tout simplement en vie ! Le billard, ce n’est que du billard !”

Evénement le 9 mars 2020 pour fêter les 100 heures de cours commentés en vidéos !

Pour fêter cet événement, l’accès au contenu E-Learning sera accessible gratuitement à tous, pendant 100 minutes, le 9 mars 2020, entre 11:30 et 13:10 (UTC+1).

Durant ces 100 minutes, tous les nouveaux abonnements seront à 50%, avec le code promo “100” par PayPal, et pour tous les autres modes de paiements.

To celebrate this event, access to E-Learning content will be accessible free of charge to all, for 100 minutes, on March 9, 2020, between 11:30 am and 1:10 pm (UTC + 1).

During these 100 minutes, all new subscriptions will be 50%, with the promo code “100” by PayPal, and for all other payment methods.

Para celebrar este evento, el acceso al contenido de E-Learning estará disponible de forma gratuita para todos, durante 100 minutos, el 9 de marzo de 2020, entre las 11:30 a.m. y la 1:10 p.m. (UTC + 1).

Durante estos 100 minutos, todas las suscripciones nuevas serán del 50%, con el código de promoción “100” de PayPal, y para todos los demás métodos de pago.

56ème titre national !

de gauche à droite, Wasser, Gretillat, Rech, Morosi, Giacomni et Couto

Durant ce week-end du 11 et du 12 janvier 2020 s’est déroulé le dernier championnat suisse LNA à la bande. Rien de neuf me direz-vous, et pourtant… D’abord, le nombre d’inscrits. En Suisse, 7 joueurs en finale inscrits à la bande, cela fait bien 15 ou 20 ans que l’on avait pas vu cela. Tout aussi vieux et rare, donc précieux, le repas que nous avons tous partagé le samedi soir autour d’une table improvisée. La sportivité de tous qui a permis au Zürichois Boode de participer le samedi seulement, chamboulant l’ordre des tours officiel. Et finalement, la bienveillance du club organisateur qui a fait de son mieux pour organiser une belle finale que l’on revoit enfin en région lausannoise ! Merci donc à mon club, le Billard Ouest Lausannois.

Le Billard de l’Ouest Lausannois regarde P.-A. Rech

Côté sportif, nous avions 7 joueurs : le champion en titre du BOL Xavier Gretillat, qui remettait sa couronne en jeu avec les zürichois Rech et Boode, les joueurs de Colombier Wasser et Giacomini, le St-Gallois Morosi et la lausannois Couto. Chacun sait que Gretillat peut parfois très mal jouer et donc tous avait à cœur de tout tenter pour le gagner ! Sept joueurs, en poule unique, sur deux tables, voilà un joli marathon et les distances ont été raccourcies à 100 points ou 20 reprises.

Mais le suspens pour la première place n’a finalement pas eu lieu, les six adversaires de Gretillat ne totalisant ensemble que 130 points. Par contre, tout était ouvert pour la seconde place. Là encore, Rech évoluait au-dessus du lot, devançant à chaque fois ses adversaires, parfois d’une courte distance mais cela a toujours suffit pour arriver au dernier tour contre Gretillat sans aucune défaite. Mais la finale entre ces deux joueurs a pris une tournure unilatérale au début de match où Gretillat s’est détaché très rapidement, avant de souffrir les dix reprises suivantes. Mais Rech n’a pas saisi sa chance et restait au final à 57 points. Sa moyenne générale s’est établi à 3,09, meilleure série de 23.

La troisième place est une surprise et elle est attribuée à Morosi qui a réalisé un bon championnat et sa moyenne générale était de 2.48, meilleure série de 16. Les rangs suivants étaient dans l’ordre Wasser, Boode, Couto et Giacomini.

“Pour ma part, ce championnat suisse à la bande constituait une première phase de préparation pour le championnat d’Europe à la bande qui se déroulera en mai en Espagne. Je me suis préparé au mieux, sans changer spécifiquement ma stratégie au jeu de la bande car j’ai aussi des échéances avec Oissel au 71/2. Et comme je ne joue jamais bien en Suisse, l’objectif était de gagner, victoire indispensable à la sélection espagnole, mais aussi de franchir minimalement la barre des 10 de moyenne générale. La série de 100 sur une distance en 100 points est pour le moins aléatoire. J’étais aussi passé au Billard de l’Ouest Lausannois, qui est devenu mon club depuis cette saison 2019/2020, à deux reprises pour tester le matériel et ressentir enfin une ambiance bienveillante, un lieu où les gens sont contents que tu sois là, même s’ils jouent au pool ou au snooker à côté de toi. J’aime cette diversité, le billard est un beau sport, sous toutes ses formes et toutes ses disciplines. C’est un peu idéaliste, mais il faut le promouvoir dans son entier, et non seulement le trois bandes.

Au premier tour, c’est le match piège pour moi contre Couto qui incarne à lui tout seul pas mal de mes démons. Mais j’ai su limiter les dégâts en terminant mon match en 9 reprises. Même score au second match avec le très dangereux Wasser, certes moins à l’aise à la bande qu’à la partie libre. Avec lui, c’est une préparation un peu spéciale à l’image de certains joueurs démons, car il est imprégné d’une attitude négative qu’il lui coûte beaucoup d’énergie en jeu de comédien sur la table. Donc j’ai lutté et finalement 9 coups c’est moyen mais cela aurait pu être pire. Après ces deux matchs en 9 reprises, c’est la chute vertigineuse. Le mauvais match contre Boode en 18 reprises ! Fatigué par cette longue journée, l’attente que tu ne peux pas gérer comme tu veux, la volonté qui m’a un peu abandonné, l’absence d’enjeu face à une adversaire potentiellement dangereux mais qui était complètement à l’Ouest, j’ai commis beaucoup d’erreur, beaucoup trop. Voilà un match à oublier qui fera mal au décompte final. Je termine cette première journée à 8,33, aucune série au-dessus de 54…

Le lendemain, c’est une nouvelle journée et cette fois que des joueurs positifs. Premier tour avec Morosi qui a bien failli ne jamais se relever puisque je ne m’arrête à la première reprise qu’à 89… juste à 11 points de la série de 100 sur mouche. J’avais les billes peu avant que je ne rate, et là j’aurais dû m’arrêter, boire un coup et revenir à la table faire les 15 derniers. Mais j’ai voulu poursuivre dans le même état d’esprit que dans la série alors que la situation se dégradait. Stupide. Finalement, cette partie se termine en 3 reprises, dommage. Second match contre mon ami Vincent. Cette fois, mauvais départ puis je termine sur une série de 78 à la 3ème reprise, alors que j’avais les billes et la série. Deux belles parties, deux belles séries, j’en étais presque content… non je déconne, évidemment je suis très fâché contre moi.

La finale avec mon pote Rech, qui a d’ailleurs logé au 5 étoiles de Promasens, prend un départ similaire, mais sur l’autre table. Malgré tout un bon début, j’avais 70 points en 5 reprises, mais stoppé par un méchant buttage. La suite a été plus compliquée… j’aime pas faire la victime, mais si je veux rester objectif je ne peux pas accabler moi uniquement. J’ai eu plusieurs buttages et déviations de la table qui m’ont couté des reprises. Enervant lorsque tu vises à un mètre de distance de la bille 2 et que tu vois ta bille dévier avant d’arriver à la bille 2. Enervant sur ton bande-avant lorsque ta bille verse de deux billes au retour. Enervant aussi lorsque tu as les billes parfaites dans le coin et boum buttage. Et finalement très énervant lorsque tu es trop con pour te laisser influencer par ces mésaventures, incapable de réagir et d’adapter ton jeu au matériel ! Voilà une finale qui se terminera en 15 reprises !

Au final, l’essentiel est acquis. Une victoire signe de qualification pour l’Esoagne. Deux mauvaises parties, deux parties moyennes et deux bons matchs, moyenne générale à 10,52, série de 89. Cela aurait pu être pire. C’est un bon début.

Merci à Daniel Zimmermann pour sa présence et ses compétences pour transmettre en Live les deux jours de compétition !

Daniel Zimmermann, visitez Carombooks et CarombooksTV