26.02.2018 – CHAMPIONNAT DE FRANCE JDS D1, ANDERNOS PREND UN AVANTAGE !

Le premier tour de qualification pour le groupe B du championnat de France division 1 par équipes de Jeux de série s’est déroulé ce week-end dans les locaux du club de Oissel et de ses membres toujours aussi accueillants. Mais les équipes présentes n’étaient pas là seulement pour partager le verre de l’amitié et les excellents repas préparés pour tous les joueurs et accompagnants. Oissel (Petit, Legros et Martory), Andernos (Baudoin, Connesson, Gerassimopoulos), Ecully (Leroy, Zoppi et Venditelli), Ronchin (Villiers, Florent et Djoubri) et Chartres (Justice, Gretillat et Gérimont) étaient présents avec la ferme ambition de terminer premier de cette qualification. Et toutes les formations présentes pouvaient toutes prétendre à ce trône tant le niveau des joueurs est haut !

Sans entrer dans le détail des victoires et des défaites de chaque équipe, le niveau de jeu était plutôt fort et surtout égal entre les diverses formations. En témoignent notamment les trois équipes avec deux victoires et deux défaites chacune, où seul le nombre de matchs gagnés les départage. A ce jeu-là, c’est Chartres qui bénéficie d’un match gagné supplémentaire sur Ronchin et qui lui vole la seconde place du classement provisoire. La première place revient à l’équipe d’Andernos qui a remporté trois rencontres sur les quatre équipes opposantes. Ecully ferme le classement avec seulement une victoire, alors que son ténor Xavier Leroy a fait sensation à la bande.

Revenons donc sur les performances individuelles. Au cadre 47/2, c’est le champion de France Willy Gérimont qui commence très fort avec une série de 250 à la première reprise, dès son premier match contre Fabio Venditelli. Il termine avec la meilleure moyenne générale de 40,65, suivi de très près avec un excellent et prometteur Pierre Martory avec 38 de moyenne générale.

Au cadre 71/2, pas de grandes performances ce week-end, la meilleure partie étant terminée en 5 reprises, réalisée par deux fois par Legros et Gretillat. Ce dernier signe la meilleure moyenne générale de 30,91, mais ses poursuivants ne sont pas loin au-dessus de 20 de moyenne. A noter tout de même l’homogénéité des forces puisque tous les matchs se sont conclus entre 5 et 10 reprises. S’il n’y a pas eu de bonne performance, il n’y en a pas eu de mauvaise non plus.

A la bande, les projecteurs étaient braqués sur Xavier Leroy qui a crevé l’écran… avec deux superbes parties en 4 et 5 reprises et notamment une série de 86 ! 14.57 de moyenne générale sur cette phase qualificative, du très haut niveau. Ses adversaires ont eu plus de peine que lui puisqu’ils terminent tous autour de 6 de moyenne générale.

Pour connaître les qualifiés pour la finale du championnat de France , il faudra patienter jusqu’à la fin du mois d’avril que la dernière journée de qualification de déroule. Les cinq même équipes de ce groupe B se rencontreront à nouveau pour figer le classement final. Pour l’heure, tout est ouvert et toutes les formations peuvent prétendre à une place en finale. A découvrir dans les locaux de Chartres le week-end du 28 et 29 avril.

« Pour ma part, ce tournoi représentait mon retour à la compétition. La dernière fois étant la dernière finale du championnat de France en juin 2017, si on exclut un championnat suisse à la bande peu intéressant en décembre 2017. Ce retour était prévu comme étant difficile, avec un gros manque d’expérience à combler, ce qui s’est fait ressentir dans les résultats. Et des difficultés supplémentaires avec des adversaires compliqués à gérer et du matériel capricieux. Tout un programme !

Premier match contre Zoppi avec lequel je n’avais jamais joué. Aucun avis personnel à son sujet, je n’avais entendu que de bonnes performances de sa part et donc c’était pour moi un adversaire de taille pour un premier match. Une série qui vient assez rapidement et qui se termine à 95 points, puis quelques reprises de vide et à nouveau des séries, mais rapidement terminée. Il m’aura fallu 7 reprises, ma plus mauvaise marque ce week-end sur les matchs gagnés. De belles perspectives dans le jeu de demi-distance, également dans le jeu de près mais incapable de les tenir vraiment proches et de développer mon jeu correctement. Inévitablement, je ne mène pas ma série jusqu’au terme et les reprises s’additionnent. Et pas seulement à cause du matériel capricieux, où les billes tombent, buttent et n’ont aucune souplesse. Mais aussi et surtout à cause d’une tête déficiente qui ne parvient pas à performer dans la durée. Toutefois, au terme de ce match, quand même des points positifs pour la suite des rencontres et de bonnes informations pour gérer la suite.

Second match avec le ronchinois Florent, pour qui je me suis préparé tout spécialement. Pas pour le jeu à fournir car j’avais une ligne directrice bien établie pour cette deuxième partie, mais plutôt pour affronter le joueur et ses travers possibles déjà rencontrés par le passé. Cette préparation a finalement bien payé, puisque j’ai entamé cette rencontre avec 11 points puis avec une belle série de 169 points alternant de belles choses en demi-distance avec des points plutôt corrects dans le petit jeu, mais toujours insuffisant dans la durée. Une fois encore, je n’ai pas su me mobiliser correctement jusqu’au bout pour terminer sur cette seconde reprise. Ce match se terminera finalement en 5 reprises. Et ce duel avec mon adversaire ronchinois s’est bien passé dans un parfait fair-play. Ce qui n’est pas le cas du match suivant.

Au troisième match, je rencontrais le champion du monde de la discipline dans les années 1970, M. Francis Connesson pour qui j’ai le plus grand respect, autant pour le joueur que ce qu’il a accompli. Cela devrait d’ailleurs être une raison supplémentaire lorsque l’on a été le Maître pour respecter ses adversaires et ses arbitres. C’est donc une nouvelle fois une préparation toute particulière que j’ai dû réaliser pour affronter mon partenaire du soir, pour avoir une chance de passer outre ses manœuvres et tenter ainsi de développer un jeu suffisant pour gagner. Il s’en est fallu de peu par ailleurs pour que je n’y parvienne pas. Ma série n’aura pas été plus grande que 92, un jeu de demi-distance surtout et peu de maîtrise dans le jeu de billes proches… bref un match gagné dans la difficulté psychologique à chaque point de ces 6 longues reprises, agrémentées des comportements loufoques qui n’étonnent même plus notre arbitre et les personnes présentes.

Au dernier match, dimanche à 14h, je rencontrais Benoît Legros. Le talent et la gentillesse réunis. Cette fois, aucune difficulté à affronter ce joueur, mais alors de vraies difficultés sur la table. Je reconnais volontiers mes incapacités techniques, je critique volontiers mes faiblesses psychologiques qui m’empêchent de performer, je raconte volontiers mes démons contre lesquels je dois lutter, mais là… je vais raconter un problème contre lequel je n’ai rien pu faire. D’accord, j’ai commis deux erreurs fatales et stupides, à la première reprise et à la 4ème reprise. Même cette reprise manquée alors que j’aurais pu égaliser. Mais il faut aussi raconter objectivement les problèmes rencontrés, à savoir les buttages… Pour exemple, le premier point de la partie, un bête placement billes ensemble laissées généreusement par mon adversaire le long de la grande bande… buttage ! je ne manque pas, mais je le fais de justesse… oufff… A la seconde reprise, buttage ! Qui m’envoie à la chaise. Troisième reprise, buttage ! Qui m’envoie à la chaise. Sur la table d’à côté, Willy aura été trois fois à la chaise, à cause de trois buttages en trois reprises… Bref cela n’enlève rien au mérite de Benoît, qui lui aussi a été envoyé à la chaise pour un buttage à une reprise. Cela ne pardonne pas non plus toutes les erreurs que j’ai commises, je sais me flageller plus qu’il n’en faut. Mais ça fait aussi du bien de raconter mon cauchemar avec objectivité.

J’ai malgré tout eu de précieux indices pour tenter de mieux performer le week-end prochain à Chartres pour la qualification européenne. J’espère que cette fois je saurai trouver le chemin dans ma tête pour performer dans la demi-distance, dans le petit jeu et dans la durée. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*