07.03.2016 – CHARTRES SE QUALIFIE EN FINALE DE COUPE D’EUROPE

A Chartres, l’équipe organisatrice avait mis les petits plats dans les grands pour accueillir les espagnols d’Eldense, les tchèques de Vitkov 2 et leurs compatriotes d’Andernos. Une nouvelle façade de club réalisée par un graffeur, des gradins pour le public, un Live Kozoom pour les téléspectateurs, et une ribambelle de bénévoles aux petits soins pour que la fête soit parfaite ! Comme d’habitude, Chartres a démontré la chaleur de son accueil.

Niveau sportif, les chartrains ont remporté toutes les rencontres et n’ont perdu qu’un seul point de match. Andernos a finit au second rang de cette qualification, alors que Eldense et Vitkov ont fermé le classement. Aucune grande partie pourtant, la meilleure partie à la bande s’est déroulée en 11 reprises entre Baudoin qui a commencé fort avec une série de plus de 50 et Justice qui a immédiatement répliqué. Au cadre 47/2, c’est Gerassimopoulos qui s’est distingué avec la meilleure partie en 3 reprises face à Ziogas, avec la meilleure série de 217. Au cadre 71/2, c’est le suisse Gretillat qui a signé la meilleure partie en 4 coups. L’objectif de Chartres a été atteint… une place en Finale. Maintenant, il lui faudra jouer mieux que cela si elle souhaite franchir l’étape suivante et monter sur le podium !

En Espagne, c’est l’équipe de Ronchin qui a gagné sa place en finale et en Hollande, c’est l’incontournable Etikon, déjà plusieurs fois champion. Les deux meilleures équipes placées second de groupe ont été celle de Bochum et d’Andernos, qui se sont également qualifiées pour la finale.

En finale du 22 au 24 avril 2016, à Prague, l’équipe championne d’Europe en titre se retrouvera donc face à Andernos et Ronchin, alors que Chartres devra en découdre avec Etikon et Bochum.

« Pour ma part, ce tour européen était ma première compétition majeure aux jeux de série depuis juin 2015… Donc certes un bon entraînement et des progrès dans le jeu de distance et de demi-distance, mais aucun match et donc peu, voire pas de confiance. Difficile de prédire ce qui allait se passer et comment j’allais gérer cette inconnue, ce d’autant plus que tous les chartrains avaient de grands espoirs qu’il ne fallait pas décevoir. Au premier match, je commence par Jérémie Picart, j’adore ce joueur, il est calme, il ne se prend pas la tête et il est capable de produire un très beau jeu. Clairement l’adversaire le plus redoutable, entrée en matière difficile. J’ai entamé ce matchs avec trois reprises sur lesquelles j’ai fait de belles séquences en demi-distance, avec une aisance presque nouvelle pour moi, mais totalement incapable de conserver les billes proches lorsqu’elles se sont présentées… une lunette et deux rappels plus tard, de la demi-distance ! Ce n’est qu’à la 4ème reprise que je prends les billes et trouve la clé pour mieux gérer les billes de près et les conserver. C’est sur cette série de 119 que je termine mon match. Plutôt bonne entrée en matière finalement avec ce match en 4 coups. Au second match, je joue le dangereux Tuset. Depuis que je joue au billard, je rencontre régulièrement cet espagnol toujours au sommet malgré ses 70 ans, et je sais qu’il est très dangereux, capable de finir très rapidement. Là, je boucle la distance en 6 reprises et commet nettement plus d’erreurs stupides qu’au premier match. Des problèmes de précision dans le petit jeu et surtout de gestion de rythme. Mais l’important ici c’est la victoire et la qualification, et non le résultat individuel. Au troisième match, je me méfie de ce jeune talent tchèque Kozak, que j’ai déjà vu joué et réalisé de longues et belles séries. Et je suis certain qu’il avait à coeur de terminer son tournoi en beauté, donc très motivé ce jeune tchèque. Il fait partie de cette nouvelle génération qui sera la futur, alors que nous ne seront rien d’autre que le passé. Je retrouve ici les même difficultés qu’au second match avec déjà deux fautes bêtes en deux reprises… ça va être difficile de gagner comme ça… Ici aussi de belles séquences en demi-distance et en distance, de belles séquences en billes de près, mais pas de cohérence sur la longueur et toujours ces fautes bêtes qui ne manquent pas de créer puis d’alimenter le doute. Finalement, je termine le match avant lui en 7 reprises, non pas parce que j’ai bien joué, mais juste parce qu’il a mal joué. Pas de quoi être fier de ces résultats individuels, mais le contrat est rempli tout de même, trois matchs et trois victoires, une qualification et un mois pour mieux faire à Pragues ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*