04.12.2016 – SANCHEZ MAITRE DU LAUSANNE BILLARD MASTERS

Sanchez et Caudron

Incroyable organisation ce week-end au Casino de Montbenon à Lausanne. Diane Wild, présidente de l’Académie lausannoise de billard et membre de la CEB, a réussi le tour de force d’inviter, pour la quatrième édition de suite, huit des meilleurs joueurs du monde pour s’affronter dans l’arène feutrée du Casino. Deux joueurs suisses, l’un issu du club lausannois, l’autre de la fédération suisse, ont eu la chance de participer.

Dans le groupe A, le hollandais et tenant du titre Dick Jaspers s’est retrouvé avec l’italien Marco Zanetti, l’espagnol champion du monde en titre Dany Sanchez, le coréen Jae Ho Cho et le lausannois Michel Boulaz. Des matchs de folies dans ce groupe et le meilleur est à mettre au compte du coréen Cho en seulement 13 reprises. Malgré tout, ce sont Sanchez et Zanetti qui se sont qualifiés pour les demi-finales avec les moyennes respectives de 1.758 et 1.445. L’italien a réalisé la meilleure série de 9.

Dans le groupe B, le meilleur joueur du monde et numéro un au ranking mondial, Frédéric Caudron avait comme adversaire le suédois Torbjorn Blomdahl, le français Jeremy Bury, le coréen Donk Koong Kang et le Suisse Xavier Gretillat. Les meilleurs résultats ont été réalisés par Caudron avec des parties en 15, 18, 13 et 16 reprises, meilleures séries de 13, 12 et 10, moyennes générale 2.516! Avec 1.843 de moyenne, le suédois Blomdahl a dû laisser sa place au coréen Kang qui a réalisé 1.897 de moyenne.

La première demi-finale s’est disputée entre Caudron et Zanetti. Le belge mène 31 à 8 à la 10 reprise et a gagné sa place en finale sur le score de 40 à 14 en 16 reprises. A la seconde demi-finale, Sanchez a pris la pause avec Kang en menant 21 à 3 en 9 coups. Mais le coréen a répliqué avec une série de 12 à la 11ème reprise, puis 7 et à nouveau 7 pour remonter 32 à 30 en 13 reprises. Sanchez a arraché sa qualification 40 à 38 en 18 reprises.

Pour la finale, Sanchez a entamé sa reprise avec 7, puis a pris la pause sur le score de 26 à 13 en 10 reprises. A mi course, Caudron n’a pas donné la même impression de facilité que pour les autres matchs. Il s’est accroché et a tenté de remonter mais Sanchez l’emporte finalement de peu, 40 à 36 en 18/17 reprises. Caudron perd ce titre, mais signe les meilleurs résultats avec plus de 2.4 de moyenne générale et la meilleure série de 13.
En bonus, appréciez le dernier point de Sanchez, une attaque de bille très loin, une queue inclinée pour réaliser un quatre bandes tourné…

Sanchez tout proche du but

« De mon côté, l’expérience a été aussi magnifique que navrante.
Magnifique car me qualifier à ce tournoi m’a permis d’avoir la chance de côtoyer sur la table des joueurs incroyables qui donnent la sensation que ce trois bandes est presque du jeu de série !
Navrante parce que tout le travail effectué en amont n’a servi à rien. J’ai été totalement incapable de développer ce que j’avais travaillé. Cette table no 2 a été pour moi une machine à remonter le temps, au tout début de l’ère préhistorique… Là où les choses sont encore brutes. J’ai joué mes trois premiers matchs comme je jouais il y a 10 ans. Malgré tout le travail et les progrès que je pensais avoir fait, je n’ai produit qu’un jeu de débutant, basique, voire préhistorique, sans nuances, sans placement, sans stratégie, sans autre but que la survie au bout du point. Je pensais plus jamais me retrouver au fond du gouffre, cette fois j’ai découvert qu’il y avait encore plus enfoui que le fond lui-même ! Il n’y a que le 4ème match qui a été moins pire… Toujours mauvais avec des points simples et natures manqués, mais moins pire avec aussi quelques beaux points réussis.
Le récit de mes matchs commence et s’arrête d’ailleurs à mon premier match avec Caudron. Le maître commence avec une série de 9, je réplique avec un point. Il continue avec une série de 12… On prend la pause 21 à 1, en deux reprises pour lui et une pour moi… J’ai pris la pause après seulement une reprise!
C’est peut-être ce qui a provoqué mon séisme, j’ai joué ensuite dans l’urgence et la pression de faire des points certain que cette reprise sera peut-être la dernière, certain que ce nature ou ce classique sera le dernier et qu’il faut absolument en profiter. C’est totalement nouveau.
Je repars de ce tournoi la queue entre les jambes, honteux d’avoir si mal joué, mais plein d’idées et de volonté pour le travail à venir. »

 

25.11.2016 – SERIE COMMENTEE DANS LE DETAIL POUR CHAQUE POINT – VALABLE EN FRANCAIS ET EN ANGLAIS

Au mois de juillet, je vous avais annoncé la sortie d’un nouveau genre de vidéo venant compléter celles déjà existantes commentées en temps réel avec des explications basiques, à la libre, au cadre et à la bande.

Il s’agit d’une vidéo inédite d’une série de 114 points à la bande, reprise avec toutes les explications détaillées pour chacun de ces 114 points, avec un arrêt à chaque point pour me permettre de prendre le temps de tout vous expliquer ! Ainsi cette série de 18 minutes est décortiquée dans une vidéo qui dure plus d’une heure !

Difficile de proposer mieux pour comprendre la stratégie du jeu, savoir pourquoi j’ai choisi cette solution plutôt qu’une autre, et découvrir les erreurs que j’ai commises.

Dès aujourd’hui, cette vidéo est également valable avec les commentaires en anglais.

21.11.2016 – 3 BANDES D2 – VIREE LILLOISE POUR CHARTRES

Chartres et Douai

En championnat de France D2, l’équipes de Chartres s’est déplacée ce week-end dans le Nord, région de Lille. Samedi, les chartrains (Justice, Girard, Durancet et Gretillat) ont affronté l’équipe de Villeneuve d’Asq, qui évoluait en D1 la saison dernière. Cette équipe menée par le très fort Bitalis et renforcée par un joueur belge a été la plus forte et a décimé l’équipe chartraine 8 à 0. C’est donc déçus par ses mauvaises performances que l’équipe s’est déplacée le dimanche sur Douai pour affronter une formation un peu plus modeste. Grâce notamment à une belle partie de Justice (35 en 26) et une victoire tendue 35 à 34 de Gretillat sur Dessaint, Chartres a dominé l’équipe de Douai 6 à 2 et a obtenu ses premiers points de championnat.

« Me voilà avec une expérience de 3 bandes supplémentaire, et des conclusions qui s’imposent. Merci à Chartres de participer à ma formation de 3 bandes, j’apprends énormément, même si c’est pas facile de constater à quel point je suis mauvais et fragile. Premier match contre Bitalis, je subis un début de match difficile où tous mes points sont manqués de près et à 11 reprises, j’affiche… un point ! puis ça démarre et l’aligne 22 points en 13 reprises avec notamment une belle série de 7… puis de nouveau le néant en fin de match avec seulement 4 points en 10 coups. Le pire, le meilleur et le pire nouveau, c’est vraiment étrange comme jeu. Second match dimanche avec Dessaint, qui m’a appris après coup son surnom bien mérité « Fort Knox » pour son jeu défensif. J’ai dû me battre dans cette partie du début à la fin avec des positions que j’aurais beaucoup aimé aux jeux de série. Même contre ce jeu défensif, je parviens à maintenir un petit un de moyenne jusqu’à 28 points… mais il me faudra 15 reprises pour aligner les 7 derniers points en subissant la pression défensive de Dessaint. Il y a eu tellement de choses que je n’ai pas su gérer, de mauvaises décisions et une technique défaillantes, voilà de quoi réfléchir pour moi. Prochain rendez-vous au trois bandes, le Lausanne Billard Master du 2 au 4 décembre où je vais pouvoir admirer 8 des meilleurs joueurs du monde, dont le récent champion du monde Dani Sanchez !!!! »

04.09.2016 – QUALIFIE POUR LE LAUSANNE BILLARD MASTERS

Affiche du Lausanne Billard Masters

Que d’heures de travail pour jouer finalement si mal. Qu’est ce que le billard est difficile et ce jeu du trois bandes maudit ! Même si c’est devenu une habitude pour moi de mal jouer dans ce club lausannois, je ne m’y ferai jamais et la déception m’accompagne à chaque fois.

M’enfin… Comme l’a dit la présidente il faut voir l’avenir. Le mien ce sera de participer à ce tournoi avec 8 des meilleurs joueurs du monde de trois bandes. Quatre matchs au moins contre quatre grands champions qui jouent deux fois mieux que moi à ce jeu ! Voilà de quoi rendre modeste non ?

Cette place je l’ai gagnée ce week-end en remportant le tournoi qui devait qualifier le joueur suisse du LBM. Les 8 meilleurs joueurs suisses sont venus en découdre pour obtenir une participation au LBM… Et ce fût la déception pour tous puisque personne n’a bien joué. Tous déçus bien entendu, mais moi un peu moins que les autres…

En qualifications déjà, le samedi, le niveau de jeu était faible mais la lutte intense jusqu’à la dernière reprise pour gagner mes trois matchs à chaque fois de très peu. Dimanche la 1/2 finale aura été la plus difficile puisque j’étais largement mené, 10 points de retard, avant de revenir dans les 4 dernières reprises pour finalement la remporter d’un seul point d’avance… La finale était à sens unique, mon adversaire ayant été à côté du match.

Ce week-end à l’ALB me laisse comme d’habitude un sentiment mitigé, mais peu importe j’ai gagné loyalement le droit de participer au LBM du 2 au 4 décembre prochain ! J’y serai, yes !

18.06.2016 – GRETILLAT CHAMPION SUISSE A LA BANDE

Giacomini, Voegtlin, Gretillat, Saby, Nobel

Le samedi 18 juin 2016, le club de Berne a organisé la finale du championnat suisse à la bande. Quatre joueurs ont fait le déplacement pour défier le tenant du titre, Xavier Gretillat. Le franco-fribourgeois Frédéric Saby, Vincent Giacomini et Michael Voegtlin de Colombier, et Ludwig Nobel de St-Gall se sont battus pour tenter d’arracher une victoire au lausannois, en vain. Gretillat remporte une nouvelle fois ce titre de champion suisse à la bande en faisant le service minimum, une moyenne générale de 10.00 tout rond. Saby remporte la médaille d’argent et le jeune Voegtlin remporte celle de bronze. Gretillat signe avec cette victoire son 50ème titre de champion suisse en LNA et cela fait maintenant 20 ans qu’il se succède à lui-même lors des finales de tous les jeux de série.

« Je n’attendais pas grand chose de ce championnat à part ce 50ème titre, puisque je ne me suis pas préparé à la bande. Une grosse série est toujours possible, mais une grosse moyenne ça c’est une autre histoire… Donc service minimum avec un petit 10.00 de moyenne et une meilleure série de 65. Pas terrible. Et pourtant quelque chose a changé dans ce championnat, je me suis senti étrangement à l’aise sur tous les points de distance et de demi-distance, j’ai vraiment beaucoup voyagé sur toute la table. J’ai le sentiment d’avoir un peu progressé sur les grands points, en tout cas c’est ce qui ressort de ce championnat, et c’est peut-être ce qui caractérise ce 10.00 de moyenne générale sans grande série. Alors qu’autrefois pour faire ce résultat il me fallait des séries…
Il s’agit là du dernier championnat de cette saison 2015/2016. Pas de quoi rougir des résultats, même si ceux-ci ne me satisfont jamais. Mais objectivement, deux titres de champion suisse supplémentaire au cadre 47/2 et à la bande, une fois vice-champion suisse au trois bandes, un 3ème titre de champion de France par équipes avec Chartres, un 9ème titre de champion d’Allemagne avec Bochum et une fois vice-champion d’Europe par équipes avec Chartres, c’est pas si mal. Il y a eu pourtant du mauvais, mais aussi parfois du très bon. L’accent va maintenant se mettre sur le trois bandes que j’aimerais bien apprendre un peu et j’espère encore mieux performer aux jeux de série. A la saison prochaine !… »

23.05.2016 – CHARTRES CONSERVE SON TITRE DE CHAMPION DE FRANCE

Gretillat, Gérimont et Justice gagnent le titre

Le dénouement d’une longue saison a eu lieu ce week-end à Chartres. L’équipe de jeux de série – ou le roux, le noir et le Suisse – a réalisé une saison presque parfaite… pllus exactement à 8 petits points près ! Après une victoire aux qualifications européennes et une médaille d’argent aux finales européennes, une victoire aux qualifications françaises, il ne manquait que le titre de champion de France pour bien terminer cette saison… Même si gagner sur ses terres un titre déjà conquis l’année précédente est bien difficile, les chartrains l’ont fait ! C’est le troisième titre de champion de France en quatre ans.

Tout a commencé samedi dernier avec les demi-finales. Chartres a rencontré Andernos, en match aller et retour. Justice a battu Baudoin 120 à 82 en 11 reprises à la bande, Gretillat a été meilleur que Arnaud en 3 reprises au 71/2, 200 à 69. Mais Gerimont a concédé une défaite face à Gerassimopoulos au 47/2, 250 à 143 en 7 reprises. Chartres a remporté le premier match 2 à 1. Au match retour, c’est d’abord Gretillat qui a terminé sa distance, 200 à 11 en 3 reprise au 71/2, puis c’est au tour de Justice d’apporter le point de la victoire en battant Baudoin 120 à 99 en 18 reprises. Gerimont a lui de nouveau subi la loi de Gerassimopoulos qui l’a battu 250 à 85 en 2 reprises. Chartres a remporté le match retour 2 à 1 est s’est qualifié pour la finale dimanche.

Jean Arnaud

L’autre demi-finale opposait Soissons à Oissel. Au match aller, Kahofer a battu Remond 120 à 94 en 15 reprises à la bande. Petit a gagné contre Soumagne 200 à 149 en 4 reprises au 71/2. Et Legros a enfoncé le clou en battant Dupond 250 à 77 en 7 reprises au 47/2. Après ce 3 à 0 sec, Soissons devait réalisé l’exploit au match retour… Remond a commencé en battant Kahofer 120 à 93 en 11 reprises, Legros a apporté le point de la qualification à son équipe en battant Dupond 250 à 128 en 5 reprises. Pour terminer, Soumagne a battu Petit 200 à 49 en 5 reprises. Oissel s’est qualifié pour la finale contre Chartres.

Justice joue, Kahofer regarde

Dimanche matin, lors de la petite finale, c’est Remond qui a battu en premier Baudoin 120 à 34 en 10 reprises. Mais Gerassimopoulos a remis les compteurs à zéro en battant Dupond 250 à 96 en 2 reprises. Soumagne a mis un point d’honneur à remporter une dernière victoire avec son équipe de Soissons et a battu un excellent Arnaud, le doyen, 200 à 190 en 8 reprises. Soissons s’est ainsi offert la troisième marche du podium.

A la finale, Gretillat a apporté la première victoire en battant Petit 200 à 98 en 4 reprises au 71/2 Et c’est Justice qui a réalisé l’excellente performance de battre Kahofer 120 à 104 en 14 reprises. Juste pour l’honneur et le public, Legros a terminé sa distance au 47/2, mais Gerimont s’est battu jusqu’au bout et a égalisé sur la reprise, 250 à 250 en 4 reprises.

Chartres a ainsi une nouvelle fois obtenu le titre de champion de France, égalant le record détenu par Soissons de trois titres nationaux. Si elle se qualifie l’année prochaine, elle pourra ainsi organiser une nouvelle fois la finale sur ses terres et qui sait, peut-être même une qualification européenne !

Le podium

« Pour ma part, je suis venu à Chartres le vendredi matin tôt pour mettre en place le Live que je me suis proposé de faire pour le club, afin de partager ces parties sur internet. Une fois le travail fini, je me suis un peu entraîné avec mes compagnons d’équipe et là surprise… Alors que je venais de passer une semaine plutôt chaotique niveau billard, je fais la partie sur mouche avec Willy à la bande, série de 120. Il gagne largement le 71/2 en 200 points et là je fais ensuite la série de 200 au 47/1… Plutôt pas mal comme entrée en matière, j’ai connu pire que ça. Encore deux bonnes parties à la bande avec Jacky et je venais de compenser ma semaine pourrie. Merci les copains.
Premier match samedi, je me sentais bien. J’avais réalisé une bonne préparation dans ma tête et j’ai joué plutôt sereinement avec une première série de 101 à la première reprise. Mais Arnaud a répliqué des plus belles manières avec certes une série plus modeste, mais par contre avec une superbe maîtrise, chapeau à lui. La seconde reprise est un zéro pointé, puis je finis la partie à la troisième avec la série arrêtée à 99. Au match retour, je me suis un peu plus méfié de cet adversaire redoutable. Je lui fait une série de 119, mais cette fois il n’a pas la même maîtrise, je termine à la troisième reprise de nouveau. Deux matchs et deux victoires en trois reprises, là encore j’ai connu pire. Mais c’est frustrant parce que j’affiche à chaque fois une belle maîtrise, mais je n’arrive pas à la conserver jusqu’au bout… En finale, je rencontre Petit pour lequel je suis plein d’admiration. La je commence avec 4 points, puis je fais une série bien menée de 120, encore une qui ne va pas jusqu’à bout. A la 3ème reprise je me bats en alternant des points larges et des billes de près, mais je n’arrive pas à les conserver. Je finis par commettre une nouvelle erreur à seulement 15 points du but. Mais Johann est à côté cette fois-ci et me laisse une nouvelle chance que je ne laisse pas passer et termine mes 200 points en 4 reprises.
Pour moi, c’est plutôt un bon championnat. J’ai démontré une bonne capacité à lutter les points écartés et aussi une belle maîtrise avec les billes regroupées, mais par contre je ne parviens pas à conserver la concentration jusqu’au bout. Mais je peux pas me plaindre, 600 points en 10 reprises, 60 de moyenne générale, c’est mon record… Niveau équipe, je suis évidemment heureux que l’équipe de Chartres puisse à nouveau offrir un titre à tous les membres de ce club, bénévoles, supporters qui le méritent par leur engagement, leur travail et leur soutien. Merci à vous tous! »

 

19.05.2016 – FINALE DU CHAMPIONNAT DE FRANCE A CHARTRES

Affiche finale de France

Ce week-end du 21/22 mai 2016 verra la fin du championnat de France aux Jeux de série par équipes. Chartres, championne de France en titre, organisera dans ses locaux cette finale qui réunira les quatre meilleures équipes de France. Samedi, ce sera les demi-finales, lors desquelles Chartres (Gérimont, Justice, Gretillat) sera opposé à Andernos (Gérassimopoulos, Arnaud, Baudoin) et Soissons (Careaux, Soumagne, Remond) à Oissel (Legros, Petit, Kahofer).? Les deux vainqueurs de ces rencontres se disputeront le titre dimanche. Très sollicité durant la saison en terme d’organisation avec les qualifications du championnat de France et la Coupe d’Europe, le club de Chartres ne pourra plus se permettre de s’offrir le Live de Kozoom. Raison pour laquelle je me suis proposé pour diffuser l’événement en Direct, avec certes moins de services, mais quand même une couverture possible des trois tables simultanées. A voir sur mon compte YouTube, mon site internet ou mon partenaire Carombooks.

25.04.2016 – CHARTRES VICE-CHAMPIONNE D’EUROPE

Chartres médaille d’argent

Il y a quelques années maintenant, une équipe de modestes se montait en France… Un petit roux, un moyen foncé, un grand Suisse, pas de quoi impressionner les poids lourds en lice dans le championnat de France. Mais petit à petit, l’équipe chartraine a fait son nid, le titre de champion de France , les qualifications européennes, et finalement ce week-end LA finale européenne. Il ne manquait pas grand chose pour décrocher le titre suprême dans ces disciplines classiques, Chartres est passé à un cheveux, mais ainsi va le sport, il faut savoir accepter les défaites et en ressortir grandi. A Prague, les chartrains savent désormais que c’est possible…

Champion d’Europe en titre, les tchèques du BC Vitkov ont eu l’honneur d’organiser la finale de la coupe d’Europe par équipes aux jeux de séries. M. Vytek, généreux sponsor pour notre beau sport un peu malade, a permis la création de cette équipe avec la star nationale Marek Faus, l’allemand champion du monde à la bande Wilfgang Zenkner, et le belge professionnel Eddy Leppens. Ils étaient confrontés à deux équipes françaises, à savoir Andernos d’une part Andernos (Bernard Baudoin, Nikos Gerassimopoulos et la légende vivante plusieurs fois champion du monde Francis Connesson), et d’autre part Ronchin (Jean-François Florent, Bernard Villiers et Brahim Djoubri). Dans ce groupe, ce sont les ronchinois qui ont créé la surprise en s’octroyant la première place au terme des qualifications avec deux victoires. Mise à mal, le BC Vitkov a su réagir face à Andernos pour arracher sa place en demi-finale en gagnant face à Andernos.

Dans l’autre groupe, l’équipe chartraine pointait en tête grâce à sa première place lors des qualifications européennes. Elle devait se confronter à deux poids lourds… Rien de moins que la multiple championne d’Europe Etikon composée des grands champions Patrick Niessen, Jean-Paul de Bruijn et Henri Tilleman, et des multiples vice-champion d’Europe les allemands du DBC Bochum avec l’étoile montante hollandaise Sam van Etten et des ses compagnons Ludger Havlik et Thomas Nockemann. Dans la première confrontation les allemands se sont offerts la victoire sur Etikon 2-1, mais ont pris un sévère 3-0 face à Chartres. Grâce à ce résultat, les français avaient déjà acquis une place en demi-finale. Au tour suivant, Etikon très tactique voulaient battre Chartres 2-1 pour éviter la première place du groupe et ainsi éviter le BC Vitkov en demi-finale. Mais c’est finalement 3-0 qu’ils ont gagné leur première place de groupe… Déception dans le camp allemand.

En demi-finale, Chartres obtenait son ticket pour sa première finale face à Ronchin en remportant tous ses matchs. Le BC Vitkov a battu sans appel ses principaux rivaux Etikon en remportant les deux cadres, seul de Bruijn remportant son match à la bande face à Zenkner.

L’histoire était parfaite pour le BC Vitkov qui jouait pour M. Vytek et devant son public, pour reconquérir le titre sur ses terres, mais aussi pour les chartrains bien décidés à ne pas s’arrêter en si bon chemin! Au cadre 71/2, Faus a terminé rapidement son match face à Gretillat en seulement trois reprises, offrant le premier point à son équipe. Quelques instants plus tard, Justice rétablissait la parité entre les équipes en gagnant son match avec le difficile Zenkner qui n’aura finalement pas marqué une seule victoire en trois jours. Le suspens est total, tout se jouait sur cette dernière partie au petit cadre entre Leppens et Gerimont. Alors que ce dernier avait déjà 216 au compteur, le belge revenait au score à 237, laissant encore une chance au français d’apporter ce premier titre à son équipe. Lentement, point après point, Gerimont se rapprochait du but, mais la pression a eu raison de lui à 242… À tout juste 8 points du bonheur. Leppens a fait parler son expérience sur ses derniers points et délivrait son public en finissant ses treize derniers points. Grosse déception pour le chartrain qui se jugeait bien trop sévèrement, et évidemment grosse joie chez les tchèques.

Champion d’Europe pour la seconde fois, le BC Vitkov de M. Vytek sera qualifié d’office la saison prochaine et organisera à nouveau cette finale européenne.

Le podium

« Pour ma part, je commençais cette compétition en rencontrant mon ami de club allemand, Thomas Nockemann, du DBC Bochum avec lequel j’ai joué ces douze dernières années et acquis 9 titres nationaux. Mais je suis mercenaire, le sport est le sport, pas question d’amitié lors des rencontres. Bien préparé dans ma tête, j’ai réussi à maîtriser ce matériel exigent en réalisant des séries importantes dans le petit jeu. C’était ici la condition pour performer sur ces tables très roulantes et ses billes trop souples (si c’est possible… Surtout en début de match). Un jeu de demi-distance était vraiment difficile, mieux valait ne pas égarer les billes et en conserver la maîtrise. Quatre reprises, une série de 130, j’étais satisfait de ce premier match. Content pour Chartres mais déçu pour Bochum qui venait de prendre un 3-0 sévère.

Au second match, je jouais celui pour qui l’avais de l’estime, Patrick Niessen. Je prenais de l’avance sur les trois premières reprises jusqu’à 136, mais lui revenait ensuite au score avec une belle série en cours. Sur les autres tables, de Bruijn gagnait contre Justice et finalement Tilleman gagnait contre Gerimont. Niessen était alors à 190, série en cours, lorsque sur un rétro de ligne dans l’ancre il commet une erreur incroyable et me laisse les billes sur un plateau… Cette stratégie m’a complètement retourné le cerveau. Bien décidé à terminer mon match, quelqu’en soient les conséquences pour mon équipe, je luttait point après point mais c’était devenu le tourbillon dans ma tête entre ce à quoi je venais d’assister et la rigueur psychologique que je m’imposais pour bien jouer… Incapable de jouer, trop d’erreurs sur ce matériel exigent, je devais rester à 164 malgré les deux reprises cadeaux offertes par cet adversaire devenu bien trop généreux. Au delà de cela, j’étais en colère aussi contre moi, si fragile dans ma tête et si facile à déstabiliser… Mais bon, je ne jouais pas pour moi, mais pour l’équipe et il fallait me remettre au travail dans la demi-finale le lendemain matin.

Tous les chartrains

Face à Jean-François Florent, je me suis remis à ma rigueur et j’ai plutôt bien joué, parvenant presque à finir la distance en 4 reprises mais je me suis arrêté à une dizaine de points des 200. La fin n’est que lutte, points sans risques, mais c’est le sport, il faut apporter une victoire avant tout pour l’équipe. Ce sera finalement une partie en 9 reprises.
A la finale, contre Marek Faus, j’ai dû commencer et j’ai choisi de réaliser ce premier point en deux bandes seulement, mais j’ai manqué quand même en prenant trop plein. Marek va chercher les billes, mais mal à l’aise aussi en distance, il cède la main rapidement. Là, sur une position écartée, je me fais surprendre par la souplesse incroyable des billes et manque déjà le second point pour un millimètre… Et je laisse une position favorable. Marek fait son show sur les points de demi-distance mais affiche une belle maîtrise du jeu de près. Il finit quand même par céder la main. J’entame alors une série qui s’arrête 6 points plus tard sur une… Fausse queue… Et si, pathétique. Marek termine et l’aventure s’arrête là pour moi. Exécuté en trois coups!

Un grand merci à tous les supporters chartrains qui sont restés au pays et qui ont fait le déplacement… nous avons une belle équipe et j’espère que nous aurons de nouvelles liquéfactions à vivre ensemble… Et Viviane, j’attends ta rubrique… »

 

04.04.2016 – LE DBC BOCHUM GARDE SON TITRE

Week-end décisif en Allemagne avec le dernier tour du championnat par équipes aux jeux de série. Samedi, encore trois équipes pouvaient prétendre détrôner le DBC Bochum de son titre national.

Ce jour-là, le DBC se déplaçait à Krefeld pour rencontrer l’équipe de Königshofen où seul le belge Patrick Niessen faisait vraiment peur. Au premier tour pourtant, le joueur de libre Michael Woidowski a créé la surprise en gagnant son match contre Thomas Berger en 16 reprises. Sur l’autre table Havlik a remporté son match à la bande en 14 coups. Au second tour, Nockemann a gagné son match au 71/2 en 5 reprises alors que Niessen a apporté un point d’espoir à son équipe en battant Gretillat en deux reprises. Königshofen a fait égalité avec le DBC Bochum, mais cela ne leur suffit pas… ils ne peuvent plus accéder au titre. Désormais seul Bochum et Merklinde peuvent encore être champion.

Dimanche, jour de finale. Merklinde a affiché ses ambitions sur les réseaux sociaux. Le DBC Bochum lui n’est pas en confiance, mais ses joueurs se sont toujours surpassés lorsqu’ils étaient dos au mur. C’est le cas ici, un match nul ne suffit pas, seule la victoire peut priver Merklinde du titre convoité.

Au premier tour à la partie libre, le jeune prodige San van Etten a manqué le point d’entrée, mais son adversaire, ancien joueur du DBC, Christian Pöther ne fait que quelques points avant de laisser la main. Van Etten a fait étalage de son talent et a réalisé une superbe série de 300… Pöther lui a raté la reprise. Voilà la première victoire acquise pour le DBC par Van Etten qui vient récemment de remporter une épreuve reine dans son pays, à savoir le pentathlon !

Sur l’autre table, à la bande, Ludger Havlik a pris de l’avance sur Markus Dömer et s’est arrêté à 95… Seulement 5 points du but. On voyait mal comment la victoire pouvait lui échapper mais c’était sans compter l’incroyable ténacité de Markus qui a comblé son retard pour finalement le coiffer au poteau, Merklinde a gagné 100 à 98!!! Encore une seule victoire pour Merklinde et c’est gagné pour eux.

Au second tour, Nockemann a assuré rapidement face au tchèque Marek Faus qui est passé à côté de son match. Thomas a finit à 150 alors que Marek est resté à 59 en 4 reprises. Après la victoire de Thomas, tous les regards se sont tournés sur la table d’à côté où se déroulait la partie au cadre 47/2 où désormais tout devait se décider.

Sur le dernier match au cadre 47/2 entre le jeune talent Ferry Jong et le suisse Gretillat, ce dernier a choisi d’attaquer et a entamé le match, mais s’est arrêté après seulement 38 points. Après deux reprises cadeaux, c’est la bourre entre ces deux joueurs qui ont enchaîné les positions difficiles de trois bandes. Puis Ferry a pris tous les risques sur un rappel qui lui a donné la possibilité d’apporter la victoire à son équipe, mais il n’en fera rien. Le suisse a entamé alors une série douloureuse qui ira pourtant jusqu’à son terme, soit 136 points, délivrant par la même occasion les supporters du DBC de leur tension… Le DBC a conservé son titre et s’est assuré une fois de plus une participation européenne !

« Pour ma part, ce week-end commence difficilement… Niessen est un concurrent solide, mais il ne me fait pas peur. Bien au contraire. Il commence et je vois rapidement qu’il n’ira pas jusqu’au bout. Après quelques dizaines de points, il cède la main. J’entame alors une série dans un bon état d’esprit, mais 24 points plus tard ce bon élan est arrêté par un buttage! Niessen voit le danger et termine son match. A la reprise, je joue le point d’entrée un peu fort, ce qui m’oblige à changer de côté de table pour entamer à cet endroit une série. Là aussi, l’état d’esprit est plutôt bon, mais pas dans la durée, le cerveau craque rapidement et je lâche lamentablement un petit piqué. Pathétique. On ne peut pas battre Niessen dans des conditions, en fait on peut battre personne avec un cerveau qui cède si à la première occasion. Je sais ce que je dois faire, mais je suis totalement incapable de le mettre en œuvre sur la distance, sans craquer.
Le lendemain, la pression est là. Perdre la veille contre Niessen en deux coups, cela peut arriver. Mais aujourd’hui c’est la finale, il faut absolument gagner. Faible comme ça, c’est impossible. Je gagne le tirage et décide de commencer. J’entame une série correcte et bien menée, puis alors que je viens de réaliser 38 points parfaits et prudents, tout un coup sans savoir pourquoi je décide de réaliser un petit massé pour me placer la ligne… Ben évidemment le risque est inutile puisque j’aurais pu me placer un magnifique rappel en largeur par trois bande… Mais non, le rythme de décision s’est emballé, celui d’exécution aussi, je lâche mon massé et laisse les billes. Alors que je m’étais promis de rien laisser de facile… Bravo. A la reprise suivante, Ferry est sympa, il me laisse les billes en lunettes. Quelques points, joli passage, puis nettoyage de billes et là plantage de cerveau, 15 points et la série s’arrête, mais au moins je laisse rien de trop facile. Les 5 reprises suivantes n’ont rien à envier à celles qui ont dû se dérouler à Luxor cette fin de semaine… Pendant ce temps, sur l’autre table, Nockemann assure et gagne son match. Le titre se joue entre Ferry et moi… Ferry prend tous les risques et amorti un superbe rappel, mais il est nerveux, commet des erreurs et finit par céder. Là je commence ma série, point après point, en tentant de conserver les billes avec le moins de risques possibles. Un jeu très prudent et plutôt basique, avec un rythme plutôt lent… c’est ardu, assurer et rester à la table, et aller au bout de ces 136 points. Finalement je demeure concentré jusqu’au bout, dans un état d’esprit de prudence et d’insécurité permanente…. Mais jusqu’au bout quand même. Les supporters sont délivrés de leur tension, atmosphère de souffrance palpable… Ferry manque la reprise, Merklinde est très déçu, le DBC lui revient de loin.
Un séjour difficile sur la table, mais parfait sur la route, pas d’attente, pas de météores… Et ça c’est vraiment rare!

 

14.03.2016 – DBC BOCHUM TOUJOURS DANS LA COURSE AU TITRE NATIONAL

Ce week-end s’est déroulé une manche du championnat allemand de jeux de série par équipes. Pour Bochum, l’équipe rencontrait un de ses principaux concurrents ce samedi, le club de Merklinde dans leur locaux. Au premier tour Blondeel donne le ton à la bande en entamant son match à la bande avec une série de 50 dès la première reprise. Mais Markus Dömer réplique aussitôt et trois reprises plus tard ils se retrouvent au coude à coude. Finalement Dömer finit à la 10ème reprise, mais Blondeel égalise avec une série de 18 incroyable! Sur l’autre table le jeune Van Etten étale son talent à la libre en réalisant les 300 points en 4 reprises face à Pöther qui, cette fois, ne rivalise pas. Au second round, le jeune hollandais Ferry Jong donne la leçon en trois reprises à Gretillat, totalement inexistant et incapable de réaliser trois points, malgré de bonnes positions…au cadre 71/2, le tchèque Marek Faus ne joue pas bien mais finit quand même ses 150 points en 13… Tout le monde croit la victoire acquise pour Merklinde, mais c’est sans compter la ténacité qui caractérise les membres de cette équipe surtout Nockemann et Blondeel… Thomas entame une série sur la reprise bien difficile et se bat jusqu’au bout pour finalement égaliser sur une série de 84. Bochum et Merklinde font égalité…

Le dimanche Bochum défiait Hilden chez eux. Au premier tour, Van Etten explose Melerski en une reprise et Blondeel fait de même avec Wildförster à la bande en seulement 6 reprises. Comme la veille, les joueurs de cadre font de la peine. Au grand cadre, Nockemann, malade, se bat pour finir la distance en 12 reprises alors que son adversaire ne lui manquait que quelques points… Et au petit cadre, Gretillat joue sa distance en 12 reprises également, face à Riedel.

Bochum reste en lice pour le titre qui se disputera à la fin du mois. Le DBC Bochum rencontrera ses deux principaux adversaires pour la course au titre, à savoir Krefeld le samedi 2 avril et Merklinde le 3 avril, cette fois dans les locaux du DBC.

« Que dire de ce weekend cauchemardesque… Ben voilà tout est dit… Le cauchemar ! Donc contre ce jeune hollandais prometteur Jong, je commence et rate la mouche. Il fait des points, jolie série et me laisse les billes ensemble. je fais… rien, une dizaine de points. Je manque un massé par la grande bande délicat alors que le même par la petite bande était mille fois plus simple. Il refait une jolie série et me relaisse les billes ensemble. Plutôt sympa comme joueur, mais pas d’inquiétude je fais de nouveau… rien! Une vingtaine de points et manque un deux bandes par le coin, certes la bille est tombée mais quand même je rate l’immanquable surtout que j’aurais pu jouer direct… M’enfin. Il est sympa mais il termine quand même sa distance à la 3ème reprise. Match terminé, 3 reprises dont deux fois un cadeau de billes ensemble et tout juste 37 points au compteur. Incapable de jouer, de tenir les billes et j’ai manqué dès que les billes se sont écartées… Pire qu’un débutant. Toute la technique et la conception ne sont rien si le cerveau ne suit pas, et là ma tête m’a tétanisé et j’ai été incapable de réaliser ce dont je suis capable…
Un petit mot ici pour ce jeune joueur talentueux qui m’a proposé un très joli jeu, très précis et bien construit. Certes un peu fragile sans doute sur la distance et la demi distance, mais excellent dans le petit jeu. Ce joueur est l’avenir de notre sport aux jeux de série, tout comme ces autres jeunes talents que sont Van Etten, Blondeel Simon et Lukas, Anders Henriksen… Il y a là une nouvelle vague qui fait du bien et qui va nous reléguer au rang de joueur du passé !
Revenons à nos moutons qui ont hanté ce cauchemar du week-end avec une seconde catastrophe dominicale… Je joue 12 reprises face à mon ami Arnd Riedel, avec une série de 103 et une autre pour finir de 75, soit 178 en 2 reprises… Soit 22 points en 10 reprises… Et j’ai pas eu que des trois bandes, si au moins, non j’ai eu les billes plus d’une fois… Bref. Une alternance d’excellent qui s’achève aussi vite qu’un coup de tonnerre et je rate, par exemple, à 103 une billes en lunettes. Et oui. Quand le cerveau défaille, il ne prévient pas. Tout le problème sera de le faire fonctionner correctement et surtout jusqu’au bout… Me reste quelques jours avant de repartir pour Chartres alors pas de temps à perdre, au boulot ! »